jeudi 6 janvier 2011

Le succès catastrophique des Machines de l'île

Ça valait le coup d’attendre, comme disait jadis la publicité : Nantes Métropole, qui lit peut-être La méforme d'une ville, a publié avant-hier son rapport annuel… 2009.

« Après 2 exercices complets d’exploitation », indique-t-il, « on constate de nouveau fin 2009 un succès  important de l’équipement des Machines de l’Île en termes de fréquentation. Par ailleurs, cet exercice s’est de nouveau caractérisé par une contribution de la Collectivité bien supérieure à celle attendue, les 34 k€ de contribution forfaitaire initialement prévue devant être complétés par au moins 400 k€ de financement supplémentaire. »

Comme ça, « par ailleurs », sans le moindre commencement d'excuse ni d'explication à l'égard des citoyens. Alors que 2009 devait être l'année où les Machines, « équipement touristique structurant », commenceraient à rapporter de l'argent à la collectivité*, elles lui en coûtent de plus en plus. Que serait-ce si elles ne remportaient pas « un succès important » ?

Le déficit comblé par le contribuable aura donc été d'au moins 434.000 euros, soit 1,66 euro de subvention implicite à chaque visiteur des Machines. À ce compte-là, on préférerait que notre équipement structurant n'attire pas trop de monde.

Rappel perfide : l'exploitation des Machines était concédée jusqu'en octobre dernier à Nantes Culture et Patrimoine. À qui Nantes Métropole a-t-elle décidé de confier la nouvelle concession ? Toujours à Nantes Culture et Patrimoine, qui a si bien fait ses preuves en 2009 !
______
* Du moins, l'exploitation des Machines, car nul n'osait espérer qu'elles seraient capables d'amortir leurs investissements et/ou de verser un loyer pour l'occupation du site des Chantiers.




Aucun commentaire: