lundi 2 mai 2011

Le Voyage à Nantes vend à ses clients le soleil de minuit

Le Voyage à Nantes se lance pour de bon dans le bain touristique en diffusant à l’intention des professionnels, sous l’étiquette VAN PRO, un catalogue de ses prestations 2011-2012. On ignore qui a rédigé cette plaquette de vingt-quatre pages, où la tour Bretagne semble rangée parmi les « plus beaux exemples d’urbanisme des XVIIIe et XIXe siècles » tandis que La Cigale se trouve en haut de la rue Crébillon.

On y apprend aussi que la station Prouvé « se transforme, à la nuit tombée, en une lanterne magique, invitation à un voyage immobile à la découverte du parcours des oeuvres à ciel ouvert d’Estuaire Nantes <> Saint-Nazaire ». Préconiser un voyage nocturne et immobile pour découvrir un parcours à ciel ouvert, n’est-ce pas annoncer qu’il n’y a pas grand chose à voir ?

Il faut d’ailleurs quelque témérité pour s’aventurer de nuit dans le no man’s land qui entoure la station. Mais au touriste sans peur, VAN PRO signale un autre attrait majeur, non loin de là : « si la nuit est tombée, l’œuvre De temps en temps de François Morellet s’étend sur 8 000 m2 de façade : des néons rouges (soleil), blancs (nuages) ou bleus (pluie) vous indiqueront avec certitude le temps qu’il fera dans quatre heures ». Avec certitude ? À la nuit tombée, promettre le soleil pour dans quatre heures, c’est beaucoup s’engager, même dans une ville qui se voudrait surréaliste.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

le quick va etre content d'etre confondu avec la cigagle

Leblanchet a dit…

Comment « Le voyage à Nantes » mène à Ben Laden

Xavier Dupont de Ligonnès se targuait d’être un espion. La presse a moqué ce prétexte revendiqué dans des courriers adressés à des proches pour expliquer son départ précipité.
Celui qui s'était déjà inventé une double vie d'agent secret se serait fait passer, courant mars, d'après Europe 1, pour un "ecclésiastique" "tireur d'élite". Au micro de la radio, un armurier nantais raconte l'avoir pris pour un "mythomane" et avoir refusé de lui fournir une arme. In L’Express.fr

Désormais, l’actualité est venue corroborer ses dires. Le lien entre sa disparition et l’effacement de tous les témoins démontrent clairement que ce personnage mystérieux est l’auteur de l’élimination de l’ennemi public numéro 1 sur la liste du terrorisme international.

Oussama ben Laden est tombé, victime du professionnalisme de celui que la presse française a moqué. Il faut rendre justice à Xavier Dupont de Ligonnès que la raison d’Etat oblige au secret le plus absolu.

En effet, seul le terrible silence imposé par la CIA l’a contraint à disparaître. L’agence n’a accepté de l’exfiltrer qu’au prix de l’élimination de tous les témoins. Seule explication à son geste énigmatique. Cette retentissante révélation vient expliquer tout ce qui ne trouvait aucune excuse.

Désormais, l’on peut comprendre son geste. Il a sauvé le monde au prix du sang de sa famille.

Qui pouvait soupçonner derrière le père de famille discrètement installé à Nantes, le redoutable agent secret. Tireur d’élite dont la rigidité et l’application au stand de tir auraient pu alerter son entourage sur ses performances. La formation exceptionnelle, que cet honorable correspondant nantais avait suivie lors de son séjour de 2 ans aux Etats-Unis, dans les camps d’entraînement secret de la CIA, ont fait de lui ce tueur froid et professionnel.

Combattant inconnu d’une cause qui le dépassait, il peut désormais savourer dans la solitude de l’anonymat le plus complet le succès d’une opération secrète pour laquelle plus personne n’espérait un dénouement.

Nantes peut s’enorgueillir d’avoir abrité ce discret héros contemporain. Héros auquel aucun hommage officiel ne pourra être rendu. Mais les observateurs avertis auront noté avec intérêt la présence du Président de Nantes Métropole à la cérémonie d’hommage rendue aux victimes collatérales de ce drame mondial.

Leblanchet a dit…

Sans oublier les guides subventionnés, tels que Le Routard et Cartoguide, première salve d'opuscules en tous genres destinés à promouvoir la promotion nantaise.
Nantes en passe de devenir un haut lieu de la gastronomie. Beurre blanc, muscadet et escalopes éponymes, le trio du "palais"!

Leblanchet a dit…

Nantes n'est pas un château de la Loire comme le rappelle l'UNESCO suite à une demande de l'Institut culturel de Bretagne. Abusera-t-on encore les tours operators avec cette distorsion touristico-historique.

Sven Jelure a dit…

Cette prétention n'est pas nouvelle : François Ier a apposé sa marque sur les remparts.