vendredi 22 juin 2012

Le Carrousel des mondes marins n’aime pas le souffle atlantique

Si le Grand éléphant de l'île de Nantes est un gouffre financier, aimablement comblé par les contribuables, alors qu'il aurait dû rapporter de l'argent, c’est pour une bonne part à cause d'une insuffisance technique. On sait à présent que les perspectives du Carrousel des mondes marins sont, elles aussi, obérées par des contraintes techniques, si ce n’est par une erreur de conception.

Comme on l’a noté ici, il offre une grande prise au vent. « Situé en bord de Loire, le Carrousel des Mondes Marins est soumis aux intempéries, comme tous les manèges forains », expliquent drôlement les Machines de l’île, qui semblent oublier que « forain » signifie « non sédentaire » et que toute la ville est soumise aux mêmes intempéries. « En cas de fortes pluies ou de vents soufflant à plus de 50 km/h, le Carrousel ferme. »

Quarante et un jours par an, Nantes subit des rafales dépassant 57 km/h. Ce qui signifie que le Carrousel risque d’être souvent fermé. Hier après-midi, des rafales à 55 km/h l’auraient ainsi obligé à garder portes closes. Il y a là de quoi nuire à son attractivité touristique : un non-Nantais fera-t-il le voyage s’il n’est pas sûr de trouver le manège ouvert ?

On comprend que l’Office de tourisme de Nantes Métropole ait discrètement passé à la trappe le slogan « Le souffle atlantique » dont il usait naguère…

Aucun commentaire: