mardi 26 juin 2012

Rue de la Chute : (4) qui a trouvé la mine d’or ?

Le nouveau spectacle de Royal de Luxe se déroule dans une ville de l’Ouest où de hardis prospecteurs découvrent une mine d’or.

L’histoire est hautement allégorique. Chaque année, Nantes verse 300.000 euros à la troupe juste pour avoir le privilège de la présenter comme « nantaise ». Et elle crache à nouveau au bassinet pour la réalisation des spectacles. Pour Rue de la Chute, la ville de Nantes a voté à Royal de Luxe une subvention « exceptionnelle » de 800.000 euros. Le spectacle 2012 coûte donc aux contribuables nantais 1.100.000 euros (l’une des quinze représentations prévues a été annulée, mais on suppose que la troupe ne rendra pas au budget municipal le quinzième de sa subvention).

À raison de 1.300 spectateurs par séance, 18.200 personnes auront vu Rue de la Chute à Nantes. Cela représente un cadeau de 60,44 euros fait à chacune d’elles par la collectivité -- un peu moins de 1,4 g d’or au cours actuel. Pas une grosse pépite. Mais une fois tout cet or collecté dans les coffres de Royal de Luxe, il y en a quand même pour quelque chose comme 25 lingots.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

et sinon vous croyez pas que ça génère de l'emploi tout ça ? Combien de techniciens, de régisseurs, de comédiens ont du travail grâce à ce genre de créations ?

Sven Jelure a dit…

Ah ! l'emploi ! L'argument à gros sabots de tous les poujadismes ! Bien entendu, un spectacle rémunère des gens (du moins un spectacle marchand, car il en est de bénévoles). Mais il en va ainsi de toute activité marchande. L'emploi est pour vous le critère essentiel ? Soit, mais si les 1,1 million d'euros versés par Nantes à Royal de Luxe, au lieu d'être pris aux contribuables nantais avaient été dépensés par eux selon leurs choix personnels, ils auraient aussi généré des emplois, quoique peut-être pas les mêmes. Je note au passage que cette somme, 1,1 million d'euros, représente 65 années de SMIC (pour une trentaine d'heures de représentation)...