samedi 4 août 2012

Cycliste à Nantes : (5) courte mais pas bonne

La rue Cassini détient probablement le record de la piste cyclable la plus courte de Nantes – quelque chose comme deux mètres de long. Et peut-être aussi de la plus dangereuse. Le stationnement automobile se fait à gauche par rapport au sens de circulation. Les conducteurs quittant leur place ne voient donc pas les cyclistes qui pourraient arriver à contresens. D’autant plus qu’ils doivent être attentifs aux automobilistes qui arriveraient dans leur dos. Quant à ces derniers, en abordant ce quartier commerçant, ils sont souvent distraits par la quête d’une place pour se garer et/ou par la présence de voitures en stationnement à cheval sur le trottoir et/ou par des piétons indisciplinés et/ou par le comportement du conducteur voisin puisque les deux files d'attente au feu de la rue Copernic se réduisent à une voie de circulation passé le carrefour. Caveat cyclistor.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Petite correction.
Il s'agit d'une bande cyclable. La piste cyclable se distingue dans le code de la route, par une terre-plein qui la positionne hors de la chaussée.

Sven Jelure a dit…

C'est juste. Merci pour ce rappel.

Frédérique Lera a dit…

C'est juste, mais vous ne corrigez pas. On reconnait bien là la déontologie toute relative de ce blog.

Sven Jelure a dit…

1) Les commentaires sont visibles de tous.
2) Corriger quoi ? Une erreur de terminologie ne change rien au fait que le dispositif incriminé est court et dangereux.

Frédérique Lera a dit…

Il ne s'agit pas d'une piste cyclable, mais d'un simple marquage au sol, donc votre article est factuellement faux, mais vous le laissez tel quel.
Cette "information" est franchement très anecdotique, pas de quoi s'insurger et crier à l'insécurité des cyclistes plus qu'à d'autres endroits, ce n'est pas pire que beaucoup de portions de rue où il n'y a pas du tout de marquage, mais là il y a un marquage litigieux, donc l'occasion est trop belle pour se payer la municipalité, l'objet de ce blog.

Sven Jelure a dit…

Retour à l'envoyeur : l'article n'est pas factuellement faux mais lexicalement inexact. Le fait (le marquage au sol), lui, est exact. Vous vous êtes trompé d'adverbe, preuve que ce genre d'erreur peut vous arriver aussi. L'occasion était-elle trop belle pour se payer ce blog ? Mais je vous en sais gré si en contestant ce point en effet très anecdotique vous validez le reste du blog, qui l'est souvent beaucoup moins !

Frédérique Lera a dit…

Si vous ne voyez pas la différence entre une piste cyclable, aménagement de la voirie dans le but de créer un espace dédié pour les cyclistes, et quelques coups de peinture sur le bitume, je ne peux rien pour vous. Ce n'est pas un anecdotique problème lexical, ne vous en déplaise.