jeudi 20 septembre 2012

Du cafouillage considéré comme un des beaux-arts

Ainsi, après les grotesques péripéties du Mémorial et de Dobrée, le Musée des Beaux-Arts est en panne à son tour ! Ce projet inopportun était hoquetant dès le départ : pour abriter les réserves du musée pendant les travaux, la municipalité nantaise avait commencé par acheter en 2009 un bâtiment qui s’était avéré inutilisable.

Voici moins d’un an, Jean-Marc Ayrault célébrait dans son blog « la promesse d’un grand musée d’art à Nantes ouvert à tous les publics en 2013 ». Une « promesse » politicienne qui était déjà intenable à l’époque : du fait de l’échec des appels d’offres lancés au printemps 2011, les travaux ne pouvaient être achevés avant le printemps 2014, au mieux.
Photo prise le 15 mars 2012 : depuis
six mois, le chantier du nouveau
bâtiment n'a pas bougé d'un pouce.

À présent, l’ouverture « à tous les publics » est irrévocablement fixée à la Saint-Glinglin. La faute, paraît-il, à une nappe phréatique connue depuis longtemps et qui n’avait empêché ni la construction du couvent de la Visitation au 17ème siècle, ni celle du lycée Clemenceau en 1891, ni d’ailleurs celle du musée des Beaux-arts actuel en 1900. Les architectes d’aujourd’hui sont sûrement beaucoup moins malins. Ce n’est pas faute d’y avoir mis les moyens puisque le marché de maîtrise d’œuvre attribué au groupement constitué par l’agence londonienne Stanton Williams s’élève à 7 millions d’euros hors taxes !

1 commentaire:

Anonyme a dit…

une découverte ?

faire sur moteur de recherche : BRGM eau souterraine nantes puis profondeur des eaux souterraine de nantes