lundi 10 juin 2013

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur Estuaire ?

Le Serpent d’océan installé à Saint-Brévin par Huang Yong Ping pour Estuaire 2012 a un an. La dernière livraison du magazine Fragil nous apprend par la plume de Jérôme Romain que le reptile a déjà un petit frère. Le sculpteur sino-parisien est allé le reproduire quasi à l’identique en Australie dans un musée de Brisbane, la QAGOMA. Comme on l’avait signalé ici, il avait déjà eu un grand frère exposé, lui, à New York.


En guise de défense, David Moinard, le « programmateur » d’Estuaire interrogé par Fragil, fait observer que le « bateau mou » d’Erwin Wurm a lui aussi été reproduit ailleurs (en Autriche, semble-t-il). C’est vraiment une défense, ça ? Cela prouve surtout qu’Estuaire n’a pas eu la prévoyance, l’intelligence et/ou la force de conviction nécessaires pour obtenir des artistes une vraie exclusivité.

David Moinard aurait pu citer aussi le canard jaune géant d’Estuaire 2007. On a vu récemment que Florentijn Hofman multiplie les canards gonflables à travers le monde. Ils sont une attraction populaire, comme ces châteaux gonflables pour enfants qu’on met dans les kermesses (et qui s’avèrent autrement plus robustes). Estuaire 2007 s’est fait refiler comme une œuvre artistique ce qui n’était qu’un produit ludique même pas bien finalisé.

Il y a eu aussi chez Estuaire des installations vues deux fois comme les bateaux de Fabrice Hyber ou la maison de Courcoult, mais là, c’était juste du bafouillage. Dans un autre registre, l’œuvre exposée à Nantes par Anish Kapoor en 2007 n’était manifestement pas celle qu’il avait promise (voir la note de ce post surEstuaire 2007). Beaubourg a eu l’œuvre majeure, Nantes a eu le second choix.

Autant de détails ? Certes, mais finalement, est-ce autre chose que cela, Estuaire, un fatras de coûteux détails ?

2 commentaires:

Leblanchet a dit…

pour l'édition 2013, Lilian Bourgeat qui installera une adaptation de son Mètre géant daté de 2007 pourra s'étonner de trouver au Jardin des Plantes des répliques de son "banc public" réalisé en 2009 (http://www.galerieune.ch/artistes_detail.asp/0-3-43-42-7-1-1/1-0-23-8-1-1/). Le public nantais renvoyé à sa condition lilliputienne semble une image déclinable à l'envi.

Sven Jelure a dit…

Sans parler des bancs géants du Japon, de Corée, d'Allemagne et d'ailleurs ! Fabrice Hyber, l'un des artistes chéris d'Estuaire, s'était fait connaître au début de sa carrière en fondant la plus grosse savonnette du monde dans une benne de camion. Kolossales gesticulations...