jeudi 1 août 2013

Royal de luxe ne compte pas sur les cotisations de ses adhérents

Mieux vaut tard que jamais : Royal de Luxe s’est décidé récemment à publier ses comptes au Journal officiel, ainsi que la loi l’y oblige. On peut ainsi savoir combien au juste la troupe a coûté aux contribuables l’an dernier. .
Voici la douloureuse :
  • Ministère de la culture : 305.000,00 €
  • Région : 61.728,97 €
  • Nantes : 1.080.373,83 €
  • Mécénat du Crédit Mutuel :12.500,00 €  
Total des subventions en 2012 : 1.459.602,80 euros. .
Les subventions de la ville de Nantes comprennent 300.000 euros de base annuelle, 500.000 euros d’aide à la création du western Rue de la chute et 280.373,83 euros d’aide à la diffusion du même. Pour environ 18.200 personnes qui ont vu le spectacle à Nantes. Aux subventions de la ville, il faut aussi ajouter la mise à disposition de la Porte Saint-Pierre et de vaste locaux à Chantenay pour un total annuel évalué par la ville à 109.522 euros.
Les subventions de la région incluent un petit mystère : elles sont libellées « Liverpool-Montréal » à hauteur de 46.728,97 euros. Mais si Royal de Luxe est bien allé à Liverpool, il n’a pas visité Montréal.
Les endroits réellement visités par Royal de Luxe (le western Rue de la chute a été montré à Nantes, Anvers, Paris, Aurillac, etc.) ont aussi craché au bassinet. Pour ses prestations, la troupe a perçu près d’un million d’euros en 2012 (contre moins de 100.000 euros en 2011).
En bonne association loi de 1901, Royal de Luxe a aussi encaissé les cotisations de ses membres : 3,00 (trois) euros en 2012. Ce qui signale sans doute une chute drastique du nombre d’adhérents, puisque les cotisations avaient rapporté 6,00 euros en 2011 !
Malgré l’effondrement des cotisations, la troupe conserve un solide matelas financier : ses disponibilités s’élèvent à 529.363,44 euros.
Enfin, on s’interroge évidemment sur les salaires de la troupe. Pour 34,77 salariés en équivalent plein temps, dont 3,41 cadres (on admire la précision comptable), le total des salaires, hors charges sociales, s’élève à 1.104.619,82 euros. La moyenne est facile à calculer. Sans être délirante, elle est quand même supérieure d’un bon quart au salaire moyen du secteur privé (et proche du revenu moyen des fonctionnaires). Il est probable, même si les comptes publiés n'en disent rien, que certains des salariés jouissent du statut d'intermittents du spectacle, ce qui leur vaudrait aussi de recevoir des indemnités de chômage quand la troupe ne joue pas.

On note aussi que, dans les dépenses de la troupe, le poste « autres services extérieurs », qui comprend les commissions aux intermédiaires, la publicité, les frais de transport et les frais de mission, pèse tout de même 304.493,38 euros.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonsoir Sven,

Votre petite touche d'humour -l'effondrement des cotisations- permet aux administrés nantais de supporter ce cirque pseudo-culturel.
2014 devra mettre un terme à tout cela... Mais qui peut reprendre la mairie ? Pardonnez moi, je glisse, je dérape sur du politique n'ayant place sur votre blog.

Sven Jelure a dit…

Un petit prof' inconnu, et dont le principal talent était d'être là au bon moment, l'a bien prise en 1979, cette mairie.

Anonyme a dit…

1989 ?

Sven Jelure a dit…

Oups, oui pardon, 1989 bien sûr.

Anonyme a dit…

Le salaire moyen est moins raisonnable si on le rapporte a la quantite de travail, un spectacle tout les 2 ans ;