vendredi 22 novembre 2013

The magnificent flying Heron tree

« Le Carrousel des Mondes Marins reçoit l’award de l’attraction la plus originale » annoncent les Machines de l’île dans un communiqué repris par Ouest France et Presse Océan. Une fois de plus, les Machines exagèrent un brin. La récompense attribuée au Carrousel est simplement libellée « Unique Art Installation » ‑ une installation artistique exceptionnelle. Et elle n’est que l’un des treize prix Thea attribués pour 2014 par la Themed Entertainment Association (TEA).

La TEA est une association internationale qui regroupe des fournisseurs de parcs à thème et autres équipements de loisir : architectes, décorateurs, conseils, agences de communication, éclairagistes, concepteurs d’attractions, organisateurs d’événements, etc. Elle vise à promouvoir les activités commerciales de ses adhérents. Elle compte un peu moins de mille membres, parmi lesquels une majorité d’américains mais aussi quelques français, dont le pyrotechnicien Groupe F, fournisseur du feu d’artifice inaugural du Carrousel.

Chaque année, la TEA décerne ses Thea Awards, des prix dont l’intitulé et le nombre (de l’ordre d’une quinzaine) varient. Ils vont à des attractions, musées, spectacles, etc. dont on lui a proposé le nom. La répartition des prix respecte à peu près la composition de l’association : environ deux sur trois vont à des équipements touristiques et parcs de loisirs américains, un tiers au reste du monde. Deux prix dominent les autres, le Buzz Prize Thea Award, qui distingue une personnalité, et le Thea Classic, qui distingue une attraction (et pas nécessairement un parc, contrairement à ce qu’indiquent les Machines). Le Thea Classic 2012 est allé au Puy du Fou. Le Thea Classic 2014 sera remis à l’Enchanted Tiki Room, un spectacle du parc Disneyland d’Anaheim, en Californie.

Le Carrousel recevra l’un des onze Awards for Outstanding Achivement décernés en 2014. Il n’est pas la première attraction française dans ce cas ; l’une de ces récompenses avait notamment été attribuée à Arthur, l’aventure 4D, une attraction du Futuroscope, en 2012. Deux autres attractions européennes figurent cette année au palmarès : le Musée des chemins de fer d’Utrecht aux Pays-Bas et le tout nouveau Titanic Belfast (qui a attiré 500.000 visiteurs dans les cinq mois suivant son ouverture).

Pierre Orefice et François Delarozière iront chercher leur trophée en Californie, où la TEA organise un dîner de gala sponsorisé par un grand cabinet de conseil. Légitimement fiers de cette distinction, ils en profitent pour relancer leur campagne en faveur de la construction d’un Arbre aux hérons. Ce n’est peut-être pas adroit. Dans sa présentation officielle des Thea Awards 2014, la TEA explique que les Machines de l’île réunissent « an incredible collection of mechanical wonders such as the Great Elephant (…) and the magnificent flying Heron tree » (une incroyable collection de merveilles mécaniques comme le Grand éléphant et le magnifique arbre au Héron volant). Fallait-il vraiment lui expliquer que cet arbre magnifique n’existe pas ?

8 commentaires:

Anonyme a dit…

et oui cela se précipite sur les fonds de tiroirs-caisses avant les élections. sait-on jamais !
vite, vite, vite,..."the magnificent flying Hron tree".
Comme pour les signatures de marchés concernant l'école des beaux-arts et le fameux musée d'art.
vite, vite, vite,...
C'est bon signe ça ?

Sven Jelure a dit…

La perspective des élections est-elle seule en cause ? Personnellement, je parierais qu'il y a autre chose. L'ouverture du Carrousel a été un succès commercial, et malgré cela les Machines ont eu besoin de 1,3 ou 1,4 millions d'euros de subventions l'an dernier pour équilibrer leurs comptes. Cette année, il suffit de se promener sur le site pour constater que le Carrousel fait un flop, sauf le week-end s'il fait beau. Les Machines en sont à brader deux tours pour le prix d'un. Une fois les comptes 2013 arrêtés, Nantes Métropole voudra-t-elle encore doubler la mise avec l'Arbre aux hérons ou bien cherchera-t-elle à arrêter les frais ?

VertCocu a dit…

C'est vrai que ça fait amateur les annonces des uns et des autres.
En tout cas, je comprends que des professionnels soient séduits par les Machines (même si n'est récompensé que le Carrousel).
Y a-t-il d'autres exemples d'attractions qui se veulent le symbole d'un réaménagement au coeur d'une ville déjà dynamique ?
Je pense qu'ils ont beaucoup d'admirateurs (et envieux ?) dans le milieu.

Sinon, je trouve ça inquiétant ce sentiment d'urgence des concepteurs pour leur héron.
Soit les Machines sont convaincantes pour être viables sur la durée, alors ils ont le temps.
Soit, c'est le contraire et l'Arbre n'y changera pas grand chose.
Ce doute autour de l'Arbre n'est pas très rassurant. En tout cas, si NM décide d'arrêter les frais, ça serait un terrible constat d'échec.

Sinon quid de la Fourmi ? Jamais entendu parlé du projet avant récemment. Elle portera 4 personnes. Vu qu'elle sera plus près du sol que l'Elephant, j'espère que le parcours sera plus intéressant (j'arrive pas à trouver lequel est prévu) et qu'elle ira plus vite quand même. C'est prévu depuis longtemps ? Un projet qui en appelle d'autres ? Une idée pour profiter de la dynamique des nouveautés ? Ou un cache-misère si jamais l'Arbre ne se fait pas ?

Sven Jelure a dit…

Le prix décerné par la TEA récompense la qualité artistique du Carrousel. A ce titre, il ne paraît pas du tout usurpé. Mais il ne signifie rien de plus qu'un beau manège !
Le problème des Machines est d'ordre économique et non esthétique. Elles devaient faire de Nantes une destination touristique internationale, à l'instar du Guggenheim de Bilbao -- à l'époque, la référence était explicite et le contexte très comparable : la réhabilitation du site d'un ancien chantier naval à proximité du centre-ville. L'exploitation des Machines devait s'autofinancer ou presque à partir de 2009. En réalité, le trou se creuse chaque année et l'effet d'entraînement des Machines est faible (en particulier, elles n'attirent pas beaucoup de touristes étrangers).
L'échec des Machines est grave dans la mesure où Nantes n'a pas de plan B : elles occupent le site dont Nantes voulait faire sa locomotive. La ville a gâché sa seule cartouche. Je pense que les dirigeants de Nantes Métropole doivent être bien embêtés : politiquement, il leur serait difficile d'abandonner les Machines. Mais verser plus de 1 million d'euros de subventions d'équilibre par an peut-il être toléré longtemps ? D'autant plus que les Machines sont gérées dans le cadre d'une délégation de service public, régime qui suppose que le risque d'exploitation soit supporté par le délégataire (en l'occurrence la SPL Le Voyage à Nantes). Je suis curieux de savoir ce que la Chambre régionale des comptes en pensera.
Outre l'Eléphant, différents animaux avaient été évoqués, notamment une baleine circulant sur la Loire. Il me semble qu'au début, elle devait être la première Machine réalisée. Il en est question de temps en temps.

Leblanchet a dit…

JR l'égérie nantaise et ses suppôts vont-ils avaliser l'investissement qui fait l'objet d'un quasi chantage à la subvention.

L'arbre aux Nérons (intitulé plus évocateur de la destinée de cette attraction) mettra le feu à la Cité des Ducs.

Un sondage européen sur les pratiques culturelles montre une nette baisse en cette période de crise, la France se classe en 6ème position (http://ec.europa.eu/public_opinion/archives/ebs/ebs_399_sum_en.pdf).

Sven Jelure a dit…

Merci pour la référence. Cela dit, pas d'affolement : le sondage ne porte que sur la fréquentation des théâtres, cinémas, galeries, bibliothèques et autres monuments historiques. Contrairement à la municipalité Ayrault, il ne range pas parmi les pratiques culturelles les tours de manège et les balades en éléphant. Tous les espoirs nous sont donc permis, le public qui déserte les théâtres se replie peut-être sur les Machines...

ghostalex74@hotmail.com a dit…

J'ai regretté de ne pas vous avoir souligné cet évenement qui était assez instructif bien que transmis sur FR3 auparavant :

http://pays-de-la-loire.france3.fr/emissions/doc-24-pays-de-la-loire/actu/samedi-9-novembre-2013-les-machines-de-lile-un-projet-urbain.html

Les auteurs concernés et souvent sujets de ce blog y étaient accessibles aux questions, une occasion rêvée. J'aimerai beaucoup que vous le visionniez Sven. Ils ont dit qu'il allait être en vente en boutique/bar..

De fait j'aimerai aussi échanger mon avis mais j'avoue que le biais du commentaire me freine à la rédaction d'un lourd plaidoyer

Autre sujet, j'ai pu entendre parler de la fourmi, mais il semble que ce ne soit qu'un élément de leur galerie/musée au même titre que le furent les éléments du carrousel a l'époque.

Sven Jelure a dit…

Merci pour le lien, ghostalex. J'avais vu la plus grande partie du documentaire, mais je retrette de n'avoir pu assister au débat. Le film est apologétique mais bien fait. Surtout, il rend bien l'enthousiasme qui a présidé à la création des Machines. Enthousiasme qu'on peut aussi appeler irréalisme ! JMA s'est laisser monter le bourrichon tel un Monsieur Jourdain faisant de l'attractivité touristique. FD et PO, fort de leur succès dans le théâtre de rue, ont cru pouvoir transposer leur savoir-faire à une activité de type parc d'attraction. Mais ce n'est pas du tout le même métier, ni le même modèle économique : dans un cas, c'est la collectivité qui paye, dans l'autre c'est (ou ça devrait être !) l'usager.