dimanche 7 septembre 2014

Ange de Loire


Sur les grilles de la passerelle des Victimes de la Terreur de Nantes*, le nombre des cadenas d’amour croît doucement. On en compte à présent une dizaine. Et un nouveau type d’ex voto vient de faire son apparition. Moins gai, celui-là.
__________
* Cette passerelle métallique qui passe sous le pont Anne de Bretagne n’a pas de nom à ma connaissance. « Passerelle des Victimes de la Terreur de Nantes » conviendrait parfaitement. Les « baignades républicaines » et autres « déportations verticales », c'est-à-dire les noyades de prisonniers ordonnées par Carrier en 1794, ont été pratiquées à ce niveau.

 

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Vu le courant à cet endroit , il n'est pas du tout certain que l'"ange" en question repose bel et bien là (à moins qu'une bonne âme lui ait coulé les pieds dans le béton). Peut-être serait-il bon de balancer l'"ex-voto" à la flotte avec l'espoir que la Loire l'entrainera plus près du point d'échouage du défunt.
Au fait, Sven, un "ex-voto", ça ne veut pas du tout dire ça. Pour le rattrapage, j'ai entendu dire qu'il y a encore quelques bastions intégristes à Nantes qui font la messe en latin...

Sven Jelure a dit…

C'est vrai, d'un strict point de vue canonique, un ex voto suppose à la fois un voeu et un lieu saint. Je me suis autorisé une (modeste) licence en affectant de considérer que les cadenas d'amour et la plaque commémorative "sanctifiaient" le lieu. Voto populi, voto dei, en quelque sorte (vous allez me dire que c'est du latin de cuisine et pas du latin de messe; je le concède, là aussi vous aurez raison).

VertCocu a dit…

La plaque commémorative sur les noyades de la Loire est à la fois ambitieuse, esthétique, monumentale et connue de tous les Nantais et sacro-saints touristes. Et vu la gueule du truc, ça n'a pas dû coûter cher.
Nantes est une ville digne ! Nantes est une ville qui regarde son passé en face ! Nantes est la ville qui a sauvé la République ! Et les berlingots !

La croix de Charette place Viarme semble faire office de monument en souvenir de cette période. Dommage que seul le souvenir d'un homme soit vraiment honoré.

Bon, d'un autre côté, on ne va pas non plus faire un parcours thématique, ça serait morbide, voire ça donnerait l'impression d'exploiter une page sombre de l'Histoire...

Sven Jelure a dit…

Nous avons bien un parcours thématique sur l'esclavage entre le château et le mémorial. Est-ce que ça ne serait pas exploiter "une des pages les plus sombres de notre histoire", ça ? En tout cas, des fournisseurs en ont fait leur miel.