dimanche 1 novembre 2015

Lobbying pour NDDL (16) : débroussaillage et/ou enfumage ?

L’État, via la DREAL, a donc lancé un appel d’offres portant sur des « travaux de débroussaillage, de rétablissements d'accès et de clôtures de la desserte routière de l'aéroport du grand ouest à Nantes » (sic).

Le vrai événement n’est pas dans cet appel d’offres. Comme son titre l’indique, il ne porte que sur des travaux préparatoires et périphériques : élagage, coupe d’arbres, destruction et construction de clôtures, griffage des sols dans les zones favorables au campagnol amphibie (la grande vedette de Notre-Dame-des-Landes), pose de panneaux de signalisation, etc. Ce qui est coupé est coupé, certes. Mais ce qui est construit… ne l’est pas forcément pour longtemps.

Le candidat retenu devrait par exemple construire des kilomètres de clôtures herbagères, définies comme « 4 rangs de fil de fer ronce n°16 classe C fixés sur des poteaux en châtaignier écorcés et traités distants de 3 mètres ». Vu l’ambiance locale, une bonne partie du travail risque d’être à refaire chaque jour, à moins de mettre un CRS derrière chaque poteau ! Aucun chef d’entreprise raisonnable ne s’aventurerait à présenter une offre dans ces conditions. Reste à voir qui voudra se signaler publiquement comme pas raisonnable.

On imagine mal que la DREAL n’ait pas été consciente du problème. Pourtant, elle ne dit pas comment le travail réalisé serait protégé. On peut donc douter du sérieux de cet appel d’offres. Qui n’indique pas de date de réalisation… Conclusion : comme dit François de Rugy, « cette annonce s’apparente à des gesticulations ».

Des gesticulations même pas très visibles, d’ailleurs. Publié au BOAMP le 26 octobre, l’appel d’offres est d’abord passé inaperçu des partisans comme des adversaires du projet d’aéroport. Cette absence de remous n’était-elle pas une bonne affaire pour un pouvoir amateur de coups en douce ? Apparemment non : la préfecture de Loire-Atlantique a tenu à agiter le grelot en publiant un communiqué le 30. Cette fois, elle a obtenu les réactions attendues. Toute la presse, locale et nationale, jusqu’au journal télévisé de TF1, a enfin relayé le message : l’État va agir ! (Peut-être…)

À quelle stratégie de communication cette mousse médiatique obéit-elle ? Différentes hypothèses sont envisageables. On ne s’embêtera pas à les décortiquer ici, mais aucune ne paraît très glorieuse !

3 commentaires:

Jobarde Rollande a dit…

Les hommes des bois contre les hommes volants. Un titre désuet qui peut au choix figurer en couverture d'une BD, d'un roman dystopique, au générique d'une animation steampunk. L'homme chasseur-cueilleur s'imagine des avenirs divergents : sur un territoire restreint à la dimension de sa main ou dans un monde à portée de main. Chacune de ces dispositions conditionnant l'ère d'action à son service à l'exclusion de l'autre.
Du rustique localisé au consommateur d'espace mondialisé, lequel est le plus avisé? Ni l'un, ni l'autre. De "Bio c'est bon" à Faire du ciel le plus bel endroit de la terre" l'aspiration reste identique. L'intérêt de chacun serait de "Faire de la terre le plus bel endroit sous le ciel".

Sven Jelure a dit…

Absolument !

Cyril44 a dit…

Il suffit de voir le déchainement de violence des pros aéroports sur Presse Océan pour se rendre compte que le projet est sur la fin.
De plus, Ségolène parle, comme elle avait fait sur d'autres projets dont l'emblématique A831 : quand elle est "furax", Hollande se met à genou auprès d'elle.

Après les régionales, Hollande mettra fin au projet d'aéroport NDDL surtout si défaite de la gauche il y a !