mardi 1 mars 2016

Bolopoly (32) : la tombola de Bolo, dernière chance pour la SoNantes ?

À partir d’aujourd’hui, tout particulier titulaire d’un compte en SoNantes peut participer au concours organisé en faveur de la monnaie complémentaire nantaise. Un concours prestigieux doté d’un prix mirifique : deux places de cinéma. On se frotte les yeux, mais oui, c’est bien ce qu’indique le site web de la SoNao : « Ce jeu gratuit déterminera un gagnant unique par tirage au sort sur la période du 1er mars 2016 et prend fin le 31 mars 2016 (…) Le prix à gagner est deux places offerte au cinéma le Concorde à Nantes envoyé par voie postale à l’adresse indiquée lors de l’inscription particulière à SoNantes ».

La citation ci-dessus respecte scrupuleusement la syntaxe du texte. Une syntaxe si hasardeuse qu’elle inspire un doute : le concours n’aurait-il pas été lancé avec un mois d’avance ? Car enfin, on dirait quand même un poisson d’avril.

SoNantes ? Une vaste ambition, trois millions d’euros de dépenses, cinq personnes embauchées, les conseils d’un professeur d’université italien, des années d’efforts conjoints du premier adjoint au maire de Nantes et du directeur général du Crédit municipal de Nantes, le soutien d’un programme européen, des rencontres et voyages d’étude à l’étranger, des campagnes d’affichage sur les panneaux de Nantes Métropole, un site web, des vidéos, etc. Tout ça pour aboutir, dix mois après le lancement de la monnaie, à une tombola dont une amicale bouliste de quartier rougirait…

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Mon dieu, le Concorde ! Les sorties nantaises au cinéma des ados désargentés, 5 francs l'entrée dans les années 80, nostalgie quand tu nous tiens... Monsieur Bolo la joue donc commerce de proximité et social contre multiplex mâtiné de libéral afin de nous rappeler les enjeux philosophiques portés par le projet SoNantes !? Si au moins tout cela ne coûtait rien aux contribuables, nous pourrions en rire...

Anonyme a dit…

Le Concorde, commerce de proximité, certes, à condition que l'on habite... dans sa proximité. J'ai le souvenir de fauteuils gigantesques, avec de vrais accoudoirs. Mais j'avoue ne pas y être allé depuis pas mal d'années (du fait d'une proximité toute relative, relativement à ma situation dans la ville). Un peu de publicité pour le Cinématographe, pour ma part (puisqu'il s'agit d'une opération de publicité réciproque Concorde/SoNantes, de toute façon) : 3 euros en tarif réduit, 35 euros pour une carte, non nominative, donnant droit à 10 entrées, et une programmation de qualité. J'ai lu quelque part qu'il était envisagé de le délocaliser... le Cinématographe hors du Cinématographe, ce ne serait plus le Cinématographe !
Doit-on en conclure, par ailleurs, que le Concorde est le seul cinéma qui ait adopté le SoNantes ?
Toujours par ailleurs, mais forcément à proximité de quelque chose, j'échange une liasse de billets de Monopoly contre une liasse de vrais euros... Celui, ou celle, qui accepte le deal gagne automatiquement 2 tranches de jambon bio breton ! Qui est intéressé ?

Anonyme a dit…

La Concorde ce serait pas mal non plus, surtout quand on relève ce genre d'article dans la presse publique. Ils se moquent de nous : Petite Hollande, Marché aux fleurs et autres square tout doit passer dans la lessiveuse de l'urbanisme bobinantes et la culture sera accommodée par las valets du capitalisme béats… (cf cet article trouvé sur 20')URBANISME La révision du plan de sauvegarde augure de changements spectaculaires à venir Quoi de neuf au centre historique ?


Jeudi 17 mars 2016


Frédéric Brenon

La révision du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV) du centre-ville nantais livre ses pre-mières vérités. Ce document d’urba- nisme, qui permet de protéger les immeubles du secteur historique, va en effet être modifié pour intégrer les évolutions à moyen terme sur le cœur de ville. L’approbation définitive n’aura lieu que fin 2016 au plus tôt, le temps d’organiser une enquête publique. Mais d’ores et déjà, plusieurs grands principes ont été posés par la mairie et l’Etat. Et ils augurent de change- ments, parfois spectaculaires.

Des constructions surprises

Place de la Petite-Hollande, il est envi- sagé d’enterrer le stationnement et de transformer l’actuel parking en une « vaste esplanade paysagère » ouverte sur le fleuve. Le marché sera main- tenu. Juste à côté, au bout de l’île Fey-deau, à l’emplacement du square Daviais, la possibilité de construire un bâtiment à usage commercial ou cultu- rel de faible hauteur (10 m maximum) est inscrite. Non loin de là, le futur PSMV permet aussi une transforma- tion de la médiathèque.

La réhabilitation de la place du Com- merce et des espaces entourant la station de tram est annoncée. Le mar- ché aux fleurs disparaîtra, tandis que les bus seront rassemblés sur la par- tie Sud. A deux pas, la construction d’un bâtiment moderne à la place de la fontaine du square Fleuriot de l’Angle est prévue. Sur le cours Olivier- de-Clisson, au milieu de la rue Kervé- gan, il est également envisagé une construction de 8000 m2. La place Duchesse-Anne « sera aménagée en promenade » et une réflexion est menée sur le pont LU. Le PSMV pro- pose aussi une requalification à la fois piétonne et commerciale des abords de l’hôtel de ville. W

Des bâtiments pourraient être érigés square Daviais et cours de Clisson.

Anonyme a dit…

Je vous cite :

"le Cinématographe hors du Cinématographe, ce ne serait plus le Cinématographe !" Sujet également important, s'il en est, pour le nantais d'adoption que je suis !

Je complète votre exclamation, votre cri du coeur, par quelques interrogations plus larges : le Louvre, Guggenheim réussissent-ils à être en étant hors ? La Motown a-t-elle perdu son âme en allant s'installer à Los Angeles ? Si Nantes délocalise Jean Blaise sur la Lune, cette ville ingrate pourrait-elle encore s'appeler Nantes ?

Anonyme a dit…

Mais ce serait là un nouveau motif d'inquiétude : la Lune resterait-elle la Lune, si l'on y expédiait Jean Blaise. Combien de temps faudrait-il à ce brillant individu pour ryanairiser notre compagne nocturne ? La terraformation de notre seul satellite serait prompte (l'annonce de sa terraformation, en tout cas...), sa transformation en parc à thème suivrait, sa revente à la coupe, ensuite, à tout ce que la planète Terre compte de promoteurs plus ou moins véreux... Des spacio-militants ne tarderaient pas à s'y retrancher ; la PAD (planète à défendre), ainsi créée, nécessiterait l'envoi de plusieurs compagnies de CRS, pour y rétablir l'état de droit... Le bordel ! Non, n'y songeons même pas un instant. En citoyens responsables, choisissons de confiner la menace sur notre sol, gardons notre Jean Blaise comme notre fardeau à porter...

Anonyme a dit…

Fardeau, depuis un quart de siècle, ayant coûté un bras au peuple polythéiste namnète ! En l'an de grâce 1990, JB arrive sur Terre via Barcelone...

Que la lumière soit ! Les Allumées, ainsi étaient appelées en ce temps-là les messes branchées. Cette légende dorée s'est depuis muée en staphylocoque doré pour les bourses nantaises.

Anonyme a dit…

Mission Abolo 13 :
Hey Houston, nous avons un problème, nous n'avons plus aucune nouvelle de notre hôte Sven depuis bientôt un mois !

Anonyme a dit…

Il aurait été aperçu récemment se baignant dans une rivière d'azote, sur Pluton...

Jobarde Rollande a dit…

c'est la saison des impôts, les comptables experts ou pas et les conseillers fiscaux fourbissent les armes de leurs clients. Ceci explique le silence de Sven, n'est-ce-pas...

Anonyme a dit…

Sven optimiseur fiscal !? Si tel est le cas, la déception est immense. Cela n'enlève, bien-sûr, absolument rien à la pertinence de ce blog, mais bon...

Sven Jelure a dit…

Jobarde Rollande, Anonymes, merci pour votre sollicitude ! Non, ni azote ni comptabilité (à laquelle je ne connais pas grand chose...) mais trop d'occupations hors du blog.