mardi 2 août 2016

Stendhal, non, l’eau ferrugineuse, oui

Pour animer ses pages estivales, Presse Océan a lancé une série d’articles sur le thème « Un hôtel, une histoire ».  Le numéro 3, hier, était consacré au séjour de Stendhal à l’Hôtel de France, situé place Graslin. L’écrivain le relate dans ses Mémoires d’un touriste.

« C’est la première fois que le mot ‘touriste’ apparaît dans la littérature », déclare Jean-Yves Paumier, cité par Julie Fortun. Ce n’est pas tout à fait exact, n’en déplaise au chancelier de l’Académie de Bretagne : le mot était présent dans les récits de voyage bien avant la parution des Mémoires d’un touriste en 1838. Et, sans remonter jusqu’au voyage en Bretagne de Dubuisson-Aubenay deux siècles plus tôt, l’existence même de ces récits montre que Stendhal n’a pas été « véritablement l’un des premiers touristes ».

En 1834, François-Jérôme-Léonard de Mortemart-Boisse avait publié Le Touriste, histoire, voyages et scènes intimes, avec une préface d’Eugène Sue. Mais déjà en 1824, dans Le Lycée armoricain, une note à propos d’un voyage en Suisse expliquait ironiquement : « les Anglais appellent Touristes les voyageurs semi-badauds qui, comme nous, se rendent d’un lieu à un autre pour n’y ouvrir à peu près que les yeux du corps. On peut les comparer aux personnes qui se bornent à feuilleter un livre et ne s’arrêtent qu’aux anecdotes, sans s’attacher au système qui les lie. Le Touriste a cependant le soin d’annoncer au public quels sont les lieux où il a bien dîné ou mieux soupé. » Et la revue bretonne de citer, en témoignage de ces anecdotes, « l’eau d’une fontaine ferrugineuse » consommée à La-Plaine-sur-Mer. Enfoncé Henri Beyle !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"Stendhal le Magnifique au Pays de la Pauvreté" titre le préfacier de l'édition "Mémoires d'un Touriste" en ma possession... Pauvreté intellectuelle encore d'actualité en ce qui concerne l'ancien chef-lieu breton !

Anonyme a dit…

Les touristes des affaires culturelles dans notre ville sont ceux-là même qu'ils les initient et les mènent...

Selon la fameuse appli de localisation, les visiteurs japonais ou chinois les plus proches se situent au Mont Saint-Michel ou en Touraine. Encore un petit effort Madame Johanna Rolland et peut-être un Marco Polo coréen relayera bientôt un récit sur Nantes et vous-même !?