samedi 5 novembre 2016

Lobbying pour NDDL (38) : la manif’ de trop est celle des partisans

Convoquer une manifestation en faveur du projet de Notre-Dame-des-Landes  moins d’un mois après celle de ses adversaires, c’était ambitieux, mais il ne fallait pas se louper.

Le résultat est clair : si les opposants ont réuni entre 15 000 et 40 000 personnes en pleine campagne le 8 octobre, les partisans en ont rassemblé 200 à tout casser (cent fois moins !) en plein centre-ville, devant la préfecture, ce 5 novembre. Ceux-là même qui réclament le début des travaux viennent de démontrer brillamment que l’envie d’aéroport pèse fort peu en regard du refus de l’aéroport.

Et à vrai dire, c’était couru. Quelle mouche avait donc piqué Alain Mustière et autres hérauts du projet de Vinci Airports ? Étaient-ils éblouis par le projet au point de croire que des dizaines de milliers de gens étaient prêts à le défendre dans la rue ? On a eu tout à l'heure une illustration cocasse de la faible mobilisation des partisans : quand un petit contingent d'une quinzaine d’opposants au projet a été signalé, un tiers des « manifestants » se sont aussitôt volatilisés.

Ou bien fallait-il liquider d’urgence le matériel de propagande qu’une décision de la cour d’appel administrative pourrait rendre obsolète pour de bon lundi prochain ? Les organisateurs n’avaient pas lésiné sur les cartons de déménagement déposés devant la préfecture et censés contenir les 270.000 bulletins de vote « oui » du 26 juin. Mais chacun a pu voir que ces cartons trimballés à bout de bras n’étaient pleins que de vide. Cette manifestation sentait le baroud d’honneur.


P.S. du 6 novembre : Qui donc exagère ?

« 300 personnes se sont rassemblées devant la préfecture », assure aujourd’hui la Une de Presse Océan. « Près de 300 manifestants », corrige (à peine) Virginie Meillerais en pages intérieures. Trois cents, ça n’est déjà pas beaucoup ! Mais c’est quand même plus que la réalité. Afin que les choses soient claires, voici une vue générale de la manifestation, prise à 10 h 10 (la manifestation débutait à 10 h 00). La photo ci-dessus a été prise à 10 h 22. Mais ils sont où, les 300 ? On voit que le nombre réel de manifestants est plutôt de l'ordre de 150 (en indiquant 200 à la louche, j'étais généreux !). Et moins encore si l'on en déduit les journalistes, les policiers en civil et les simples badauds. 


17 commentaires:

Anonyme a dit…

Comme une (grosse) lueur d'espoir tel l'abandon, il y a bientôt 20 ans, de cette centrale nucléaire située à 40 km de Nantes... Projet impensable de nos jours, il en sera de même pour l'opinion à propos de NDDL dans quelques années...

VertCocu a dit…

Et prétendre parler démocratie à un préfet...

Anonyme a dit…

Ajoutons, aux chiffres parfaitement explicites, que l'on peut véritablement croire à une dimension citoyenne dans la mobilisation des "anti" (une dimension narcissique-romantique pour certains jeunes "anarchistes", peut-être, mais peu d'intérêts financiers en jeu), alors que les "pro" défendent à l'évidence leurs intérêts financiers, à eux, et seulement les leurs : "Après moi le déluge !"

Dizalc'h a dit…

Je n'ai vu que des personnes âgées , ce qui démontre l’intérêt financier de ces personnes propriétaires de SCI qui n'attendent que le début des travaux pour se remplir les poches !!!

Sven Jelure a dit…

C'est vrai, cheveux gris et calvities dominaient largement l'assemblée.

Anonyme a dit…

Que tous ces spéculateurs aux cheveux blancs se procurent, par exemple, Dostoïevski dans la Pléiade, s'installent dans leur canapé devant un bon feu de cheminée, carressent leur labrador et surtout qu'ils nous foutent la paix. Ras le bol de ces incontinents qui prennent plaisir à chier du béton...

Anonyme a dit…

Peut être que les 268 981 électeurs on autre chose à faire que de manifeste en permanence comme vous, surtout quand il y a eu un référendum qui a été emporter par le OUI.
Il faut savoir perdre aussi, c'est sa la démocratie les gens !

Anonyme a dit…

Si tout le grand Ouest avait pu voter, pensez vous que le Oui l'aurait emporté ?
Par contre, nous allons tous payer pour que cet aéroport soit accessible
Et l on ose parler de référendum ?
Une consultation partielle peut être mais certainement pas un référendum

VertCocu a dit…

@Anonyme7 novembre 2016 à 07:54
Consultation. Pas référendum.
Si vous ne faites pas la différence, vous êtes mal placé pour parler démocratie.
La démocratie ne devrait d'ailleurs pas être un jeu avec des gagnants et des perdants. Et encore moins des préfets.

Sven Jelure a dit…

* Il est bien possible, ma foi, que certains des 268 981 citoyens qui avaient choisi le "oui" le 26 juin aient eu autre chose à faire que de manifester samedi. Ce que corrobore la moyenne d'âge des participants : peut-être s'agissait-il en majorité de retraités oisifs.
* Il est bien possible aussi que certains des 268 981 ne soient pas très sûrs de leur position. Ou même qu'ils en aient changé, ce qui expliquerait radicalement leur absence.
* Dire que certains ont fait autre chose, c'est dire aussi qu'ils ont arbitré contre l'aéroport : ils ont pensé que cette cause était moins importante que les courses au supermarché, le départ du Vendée-Globe ou toute autre occupation du moment.
* En tout état de cause, le rapport entre pro-aéroports dans les urnes et pro-aéroports sur le terrain est accablant : 0,056 %, soit à peu près un sur 1.800. Une telle déconfiture en quatre mois seulement est inédite et inexplicable. Elle pourrait presque amener à douter de la sincérité de la consultation locale du 26 juin.

Anonyme a dit…

A propos de têtes blanches, vous devriez regarder attentivement les manifs des antis car, là aussi, les retraités sont légion... Quant au nombre des manifestants, ne vous attardez pas sur les chiffres : de toute façon, c'est toujours le grand n'importe quoi : 10 000 selon la police, 40 000 selon les organisateurs... C'est régulièrement e grand écart. En ce qui concerne cette manif des pros, on se demande à quoi pensent leurs organisateurs car on sait bien que ce genre de réunion est de toute façon déconsidérée par le nombre toujours aussi restreint de participants... Pitoyable

Cyril44 a dit…

En passant à proximité du rassemblement, j'espère avoir mal entendu : Alain Mustière parlait de démocratie, en comparant l'évacuation de la ZAD à celle de Mossoul :o

C'est incroyable tant de populisme dans ce discours !
Et ça ose parler de démocratie !

Vu aussi les partisans filmer, juste à côte des forces de l'ordre, les quelques ZADistes.
Dès qu'un opposant parlait, un gendarme venait le filmer.
C'est ça la démocratie ?

"Peut être que les 268 981 électeurs on autre chose à faire que de manifeste en permanence comme vous, surtout quand il y a eu un référendum qui a été emporter par le OUI."
Pourquoi ne pas organiser de rassemblements le Dimanche là où la majorité des gens ne travaille pas ? la peur de faire un flop ?
ça revient au billet publié par Sven peu après les résultats de la consultation : quand le résultat est favorable aux pros aéroports, la consultation devient subitement un référendum.
Pour la petite histoire, ce sont les pros aéroports qui ont sinistré le Nord de la Loire Atlantique : si les habitants de Chateaubriant étaient au courant de ce que leur ont fait Mustière et compagnie en terme d'emplois, ils n'auraient jamais voté OUI...

En Loire Atlantique, plus qu'ailleurs, il y a énormément d'électeurs fantômes...et aussi des jeunes républicains fantomes : il parait que les jeunes de LR étaient présents au rassemblement...il s'agirait des jeunes retraités :)

De toute manière, le rapporteur public et la cour administrative vont siffler la fin de plus de 40 ans de récréation sur ce projet...

Anonyme a dit…

Génération de co..ards ! Ces soixantehuitards ont poursuivi avec allégresse la destruction et la pollution des campagnes entamées par leur parents... Et ils voudraient encore poser une bouse (en ciment ndlr) dans la nature et surtout ne pas transmettre un environnement sain à leurs enfants.... À partir d'un certain âge le droit de vote ne devrait pas être reconnu.

Anonyme a dit…

Suite au passage obligatoire chez le petit rapporteur ce jour, les pro-NDDL donnent à présent des leçons sur les conflits d'intérêts et le manque d'objectivité ! Ils n'ont vraiment honte rien !

Anonyme a dit…

Sur le budget global estimé à 561 millions d’euros HT, la part des "investisseurs "
selon https://lutteaeroportnddl.com/des-arguments-techniques-contre-le-projet-daeroport-de-notre-dame-des-landes/

"La répartition de l’enveloppe globale s’établit comme suit :

Vinci apporte autour de 310 M€ sur les 441 M€ évalués pour la réalisation de la plateforme aéroportuaire qui se répartissent comme suit :

– 100 millions d’euros c’est le résultat du bénéfice fait sur Nantes Atlantique entre 2010 et 2017 [sic!]
– 100 millions d’euros empruntés sur les marchés financiers cautionnés par les collectivités locales, noir sur blanc dans le cahier des charges [re-sic!]
– 100 millions d’euros des actionnaires de Vinci avec un rendement annuel de 12 % imposé.[re-re-sic!]"

Donc au final, ce n'est pas 70% comme l'indique le site http://www.desailespourlouest.fr/un-financement-prive-a-70/
car même en prenant le total théorique on arrive qu'à 55%.

Mais en fait ces 310 M€ théoriques (on ne cause même pas des compensations octroyées gracieusement en sus, l'histoire du beurre, etc.) n'en sont en fait que 100 et cerise sur le gâteau rémunérés à 12%, soit exactement le même taux que celui du livret A.

Décidément savent pas compter ces boursicoteurs. Heureusement que la Métropole est là pour rectifier le tir :
http://www.nantesmetropole.fr/decouverte/les-grands-projets/3-combien-coutera-la-realisation-de-l-aeroport-du-grand-ouest-economie-international-54938.kjsp?RH=1353064615316

"561 millions d’euros : c’est le budget global qui financera la réalisation de l’aéroport."

"Le coût total de la réalisation de l’aéroport s’élève à 561 millions d’euros HT. Il comprend l’aéroport lui-même (environ 446 M€), la desserte routière (81 M€), la tour de contrôle (34 M€)."

Donc 446+81+34 = 561 , ok le compte est bon.

"Aéroports du Grand Ouest (AGO), le concessionnaire désigné par l'État dans le cadre d'une concession à ses risques et périls, prend à sa charge la majorité du financement du futur aéroport, soit 310 M€. Il supporte ainsi majoritairement le risque financier de cette opération sur l’investissement, et en totalité sur l’exploitation. L'État apporte 130,5 M€ tandis que les collectivités locales réunies au sein d’un Syndicat mixte injectent 115,5 M€ dans ce grand projet."

Mais 310+130,5+115,5 = 556. Ventrebleu où sont passés les 5 M€ manquants?

Anonyme a dit…

Réponse 1 Dans les poches d'un vendéen-sénateur-président-de-région.

Anonyme a dit…

Réponse 2 Dans celles d'un prof d'allemand passé du quai de la Fosse au Quai d'Orsay