dimanche 18 décembre 2016

Le temps s’écoule plus vite aux Machines de l’île

Les Machines de l’île sont-elles le cadre d’un phénomène physique extraordinaire ? Il paraît que le temps s’y écoule plus vite qu’ailleurs.

« On est dans un autre monde », proclamait l’autre jour (16 décembre) Pierre Orefice dans Presse Océan à propos du programme de Noël aux Nefs, animation organisée chaque année avec vin chaud, sculptures sur glace et spectacle de cirque. « Un autre monde » ? Encore une rodomontade du patron des Machines de l’île ? Peut-être pas. « Les enfants ont grandi », poursuivait-il. « Ceux qui avaient 4 ans lors de la première édition ont aujourd’hui 14 ans ! »

La première édition de Noël aux Nefs a eu lieu fin 2007 : faites le compte…

J’ai souvent souligné les calculs bizarres de Pierre Orefice sur les sujets les plus divers, du nombre de visiteurs étrangers aux Machines de l’île à la fréquentation des groupes en passant par la taille du Carrousel ou sa vitesse de rotation. Mais il n’est sûrement pas incapable d’additionner 4 et 9. Ces neuf ans qui en deviennent dix pourraient révéler autre chose.

D’après la théorie de la relativité, un cosmonaute qui ferait un long voyage à bord d’une fusée à une vitesse proche de la lumière constaterait à son retour que le temps s’est écoulé plus lentement pour lui que sur Terre. Il aurait vieilli moins que ses parents et amis. Dans cet « autre monde » que sont les Machines de l’île, c’est l’inverse. Peut-être à cause de la lenteur quasi surnaturelle du Grand éléphant ?

Le phénomène est intéressant, sans aucun doute. Mais un peu ennuyeux quand même. « Visitez les Machines de l’île, vous vieillirez plus vite » n'est pas un slogan idéal.


2 commentaires:

Anonyme a dit…

"...vu par un observateur partageant le même référentiel" Wiki

Est-ce peut-être la force de Coriolis, ou plus précisément la fin de sa définition qui pourrait nous éclairer sur la supercherie Oréfice-Delatozière ?

Cyril44 a dit…

Ce qu'il faudrait voir est le rapport entre le coût des machines de l'Ile et le retour sur investissement : de plus en plus de touristes boudent les machines à cause de leurs tarifs plus élevés...