lundi 12 décembre 2016

Un calendrier de l'Avent qui arrive après

Quand on porte un nom célèbre, il n’est pas facile de se faire un prénom. Mais il n’est pas indispensable non plus que ça nuise à une carrière. Tangui Jossic avait échappé à ce risque jusqu’à présent. Le fait que son père ait longtemps été adjoint à la culture de Nantes ne l’avait pas empêché de devenir enseignant à l’École des beaux-arts de Nantes Métropole, d’exposer à la HAB Galerie gérée par Le Voyage à Nantes, ni d’obtenir pour l’association Maison Fumetti, qu’il co-préside, une généreuse subvention municipale et un vaste local à la Manufacture des tabacs.

Mais si certains nourrissaient le moindre soupçon de népotisme, ils auront été rassurés par la dernière mission de Tangui Jossic : la décoration du calendrier de l’Avent géant installé au château des ducs de Bretagne. Là, ça n’est pas un cadeau. Il est même un peu ridicule d’arriver après tant de monde.

Les calendriers de l’Avent sont une tradition séculaire. Et pas seulement en petit format. Les calendriers géants occupant la façade d’un immeuble, souvent une mairie, sont nombreux en Allemagne et en Alsace (à Munster, Turckheim, Sainte-Marie-aux-Mines…). Des petites villes d'autres régions, comme Mougins, s’en sont aussi dotées depuis quelques années. Nantes ne joue pas vraiment dans sa catégorie.

Le calendrier du château de Nantes n’a pas de connotation religieuse. Mais les calendriers profanes sont légion depuis des années. Au lieu des images pieuses qu’ils contenaient autrefois, on y trouve à présent des chocolats, des parfums, des bières, des whiskys, des jeux, des thés… et même des préservatifs et autres gadgets érotiques. Le catalogue Toys « R » Us 2012 proposait pas moins de vingt-quatre calendriers de l’avant, dont ceux de Playmobil, du FC Barcelone, de M&M’s, de Lego, etc. L’exercice est incontournable pour des marques de produits de beauté comme Sephora, Clarins, L’Occitane, Nocibé, Kerastase, Lancôme… On vend même des calendriers de l’Avent pour chiens. Elle a publié en 2014 un Kama-soutra de l’Avent. Et Porsche proposait il y a quelques années un calendrier de l’Avent à 1 million d’euros ; chacune de ses fenêtres ouvrait sur un cadeau de luxe : montre, bijou, etc.

Comme d’autres marques ailleurs (Toyota au Canada, TBWA en Angleterre…), Sony a transformé son magasin parisien en calendrier de l’Avent géant en 2012. Mais un calendrier « culturel » confié à un artiste, ça c’est nouveau, non ? Non. Plusieurs années de suite, le centre d’art contemporain de Meymac (1.500 habitants) en Corrèze a ainsi décoré une ancienne abbaye bénédictine.

Il est un peu gênant de voir Nantes se plier sur le tard à cette mode déjà largement ressassée en France et à l’étranger. A-t-on au moins réussi à s’extraire du lot par une réalisation hors du commun ? À chacun d'en juger. Quant à moi, je trouve en tout cas que les couleurs pastel affectionnées par Tanguy Jossic manquent de contraste par rapport à la muraille : effet fadasse garanti. Et l’emplacement choisi est loin d’être parfait : peu nombreux sont les gens susceptibles de pénétrer quotidiennement dans la cour du château pour découvrir l’œuvre du jour et suivre le déroulement du scénario. C’est une grosse dépense pour pas grand chose.

30 commentaires:

Anonyme a dit…

Donc pour que Tanguy Jossic soit laver de tout soupçon de favoritisme, vous lui conseillez d'aller s'installer dans une autre ville, de préférence diriger par une équipe de droite ?

Anonyme a dit…

@anonyme précédent

Votre proposition ferait de Tanguy Jossic un chômeur...

Sven Jelure a dit…

Tangui Jossic est assez grand pour se déterminer tout seul ! Pourquoi quitterait-il Nantes ? S'il est attaché à ses racines, je serais bien le dernier à le lui reprocher. Veut-il se laver de tout soupçon de favoritisme et prouver qu'il ne doit son succès qu'à son talent ? Il lui suffirait de s'abstenir de travailler pour la ville et la communauté urbaine de Nantes et tout ce qui en dépend. Sinon, il lui faut vivre avec ce soupçon inévitable, et après tout, les artistes se fichent du qu'en-dira-t-on, n'est-ce pas ? Toujours est-il qu'on ne peut pas avoir la culture, l'argent de la culture et le sourire du contribuable.
Mon propos n'était pas d'attaquer Tangui Jossic personnellement (même si je ne suis pas du tout convaincu par le travail réalisé au château). Simplement, je suis une fois de plus consterné par le côté étriqué de nos gardiens de la "culture" officielle. Ce calendrier de l'Avent qui arrive avec des années de retard sur la mode a un côté terriblement Bouvard et Pécuchet.

Anonyme a dit…


J'ignorer pour la maison Fumetti. C'est un peu la goutte qui fait déborder le miroir d'eau. Jossic Jr. ne pourra pas être laver de ce soupçon, trop peu de talent pour trop de visibiliter à Nantes.
Vous pouver ne pas voir les nez au milieu des visages : mais alors vous aver soit un problème neurologique, ophtalmologique, soit un parti pris idéologique...
C'est un peu comme un "er" à la fin de chaque mot qui rime en "é" : il faudrer songer à consulter, si ça vous échappe...

Anonyme a dit…

Hé bien, dites-moi Sven nous avons un surprenant [et détestable] nouveau commentateur sur votre blog... Qu'il ne soit pas d'accord avec vous, très bien voire tant mieux pour une nécessaire pluralité des avis émis. Mais là, les bras m'en tombent...

Anonyme a dit…

Bien sûr, le commentaire qui signale les "er" en surnombre visait le 1er commentaire, qui en a abuser, et s'interroger sur une origine commune, type trouble de la perception, etc.
Mais ce n'était pas trop clair, peut-être, en plus d'être inélégant. Trop tentant, pourtant !

Anonyme a dit…

Gros problème pour moi avec le pluriel...

Anonyme a dit…

C'est juste dommage que d'autres maisons n'aient pas eu droit aux mêmes attentions.

Citons par exemple, la Maison Peignon :
https://www.flickr.com/photos/adnxtc/sets/72157594325081566/

ou la maison de la Marionnette :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maison_de_la_Marionnette

Du passé faisons table rase pour mieux construire le présent. Et permettre ainsi l’émergence de nouveaux talents.

Tangui Jossic a dit…

Chers messieurs Jelure et Anonyme a dit,
Je vous remercie pour l'intérêt que vous portez à ma famille ainsi qu’à mes activités d’enseignant, de dessinateur et de bénévole pour l’association Maison Fumetti. Bien que vous ayez visiblement connaissance du travail que je mène au quotidien, vous semblez totalement méconnaitre l’éthique qui m’anime lorsque j’aborde un projet comme celui qui m’a été proposé de mener pour les nantais et les visiteurs de passage au Château des Ducs de Bretagne du premier décembre au trente-et-un. Je serais très heureux d’en discuter avec vous le 23 décembre au soir, face au bâtiment du harnachement, où je vous expliquerais ce que vous n’avez peut-être pas compris de ce calendrier de l'avent dont vous n’avez pour le moment pu apprécier qu’une toute petite partie. Bien à vous. Tangui Jossic.

Sven Jelure a dit…

Merci pour l'invitation. Je m'y rendrai certainement si je suis disponible, ce qui n'est pas du tout certain à ce jour.

Anonyme a dit…

@Tanguy Jossic

Je vous cite :

-Vous semblez totalement méconnaître...
-Je vous expliquerai...
-Vous n'avez peut-être pas compris...
-Vous n'avez pu apprécier...

Vous rendez vous compte que par ces propos qui dégoulinent de suffisance et de mépris, vous faîtes de votre petite personne une véritable caricature ?

Et vous ne vous êtes jamais interrogé pourquoi il vous a été "proposé de mener" à vous et seulement à vous, cette installation... Suis persuadée que jamais vous êtes posé la question dans la mesure où cela doit vous semblez normal et légitime en raison de votre ascendance...

J'ai le souvenir d'une photo en noir et blanc 4X3 d'un chou (de Bretagne de Bruxelles ?), place du commerce, il y a bien longtemps... Avec beaucoup de prétention, je peux affirmer que j'aurais été capable de faire pareil, problème j'm'appelle Tartempion. Déjà à l'époque j'avais été choquée de voir apparaître votre nom. Et ma détestation du plus vieux groupe français de musique folklorique n'avais rien à y voir....

Anonyme a dit…

Désolée pour les (trop) nombreuses photte d'accord ou de conjugaison...Promis la proxima vez, je me relirai

Anonyme a dit…

A l'attention de Tangui Jossic.

Une éthique vous anime, fort bien. Je ne doute pas non plus qu'une éthique animait Jean Sarkozy, lorsqu'il prétendait présider l'EPAD. Et David Hallyday est vraiment talentueux : on ne peut rien contre la génétique. Du reste, qui irait reprocher à Anne de Bretagne sa trop noble ascendance, au regard de son action politique et de sa popularité ? Quelques bolcheviks sanguinaires, peut-être, des Sans-culottes crottés, des anarchistes maussades... Autant dire personne, sinon la lie de la gauche.
Cher Tangui Jossic, ne condescendez pas à vous justifier. Comme Anne, vous êtes chez vous ici.

Un mécène.

Anonyme a dit…

Môssieu Jossic Junior,

Vous semblez être l'archétype du fils à papa qui ne doute de rien. En intervenant sur ce blog, vous aviez l'occasion de vous rendre sympathique. C'est raté, dommage !

À l'instar de la tribu Chedid, devrons-nous supporter votre descendance ?


Un autre contribuable-mécène

Anonyme a dit…

À l'attention de Monsieur Tangui Jossic,

Dans un souci de transparence quant à la dépense publique, pouvez-vous, s'il vous plaît, nous indiquer combien avez-vous été rémunéré (frais compris) pour cette prestation. Merci.

Un mécène

Anonyme a dit…

Voyons quand même le bon côté des choses, l'une des filles Ayrault aurait peut-être pu reprendre le portefeuille de papa...

Cyril Pedrosa a dit…

Il est légitime de discuter d'une oeuvre, de la trouver pertinente, ou pas, réussie, ou pas.

En revanche, prétendre comme vous le faites que Tangui Jossic bénéficie des largesses de la ville de Nantes parce que son père y a été adjoint à la culture est tout simplement faux. Je trouve même le procédé assez dégueulasse, en fait.
Avez vous pris le temps de regarder son travail ? Ses publications ? Ses bandes dessinées ? Ses illustrations ? Son travail n'est pas légitime selon vous ?
Quand aux largesses de la ville de Nantes, franchement, c'est une blague…
A ma connaissance, la seule fois que Tangui Jossic a "exposé" à la Hab Galerie ( effectivement financé par Voyages à Nantes), c'était dans l'espace de la librairie, pour réaliser avec moi un fresque ( continuée ensuite par Julia Wauters, Karine Bernadou, Benjamin Adam et Vincent Sorel). Et c'est moi qui ait invité Tangui, parce qu'il a du talent, et que c'est un plaisir de travailler avec lui. Ah oui, et on a fait ça sans être payé, parce que c'était chouette ce travail commun, et que ça créait des rencontres avec le public, les lecteurs.

Le projet Maison Fumetti, quant à lui, est porté par un collectif de 12 personnes, et en particulier par l'équipe de Vide-Cocagne qui est à l'initiative du projet: ce sont eux, et pas Tangui Jossic, qui ont sollicité la ville, réunis les auteurs/libaires/amateurs de BD autour du projet, et réussi à convaincre la ville de soutenir Maison Fumetti. Insinuer que tout cela ne serait qu'un favoritisme de l'entre soi est faux, mais en plus méprisant pour tous les gens ( membres de l'association, bénévoles etc) qui ont rendu ce projet possible. J'en fais partie moi aussi, et comme tous les participants à ce projet ( comme tous les participants d'un projet associatif d'ailleurs), on y passe beaucoup de temps, et ça ne nous rapporte rien d'autre que de voir des projets se concrétiser ( des expos, des rencontres avec des auteurs, un festival).
Je ne sais pas combien Tangui Jossic a été payé pour faire ce calendrier. Mais je sais que faire 25 images en couleurs, avec le travail minutieux qui est le sien, c'est beaucoup de boulot. Oui, faire des illustrations, c'est du travail, et il est mérité de le rémunérer.

J'ai sans doute raté, comme Tangui Jossic, l'occasion de me rendre sympathique. Mais je préfère ça plutôt que de lire sans réagir des commentaires anonymes insultant: "archétype du fils à papa" , "votre petite personne"….

Cordialement
Cyril Pedrosa

Sven Jelure a dit…

Comme je l'ai dit précédemment, il est inévitable qu'un soupçon de favoritisme flotte autour de Tangui Jossic. Soit il s'abstient de travailler pour la ville de Nantes et ses pseudopodes, soit il vit avec. Dans un cas comme dans l'autre, c'est injuste mais c'est la vie, le fardeau de naissance du "fils de". Vous trouvez cela "dégueulasse",puisque tel est l'adjectif que vous croyez devoir employer ? Cela n'y change rien. Et d'ailleurs, un vrai artiste n'est au service que de son art et se fiche du qu'en-dira-t-on, n'est-ce pas ?
Je n'ai pas dit que le travail de Tangui Jossic n'était pas légitime, ou pas consistant. Il l'est sûrement, de même que celui de dizaines d'artistes et de graphistes régionaux qui n'ont jamais obtenu de commandes de la ville de Nantes, et c'est très dommage, car ces commandes n'auraient pas éveillé de soupçon. Pareillement, la Maison Fumetti, projet intéressant au demeurant, a été plus chanceuse ou plus convaincante que d'autres associations.
Je n'ai pas dit non plus que Tangui Jossic avait sollicité quoi que ce soit. Mais est-il inenvisageable que des bonnes fées se soient penchées sur son berceau ? Et puis il a, comme vous le dites, raté l'occasion de se rendre sympathique avec le commentaire publié plus haut. Deux bémols quand même : d'une part, rien ne dit que son nom n'a pas été usurpé, d'autre part, l'écriture n'est pas son domaine, ce qui peut expliquer des maladresses excusables.

Cyril Pedrosa a dit…

Je ne sais pas si ce "soupçon de favoritisme" est inévitable. Par contre, je trouve que votre article s'ingénie à l'alimenter.
Vous mettez dans le même sac le calendrier de l'avent, Maison Fumetti, et une intervention à la Hab pour sous entendre que Tangui bénéficie d'un traitement de faveur.
Or, à ma connaissance, c'est la première fois que Tangui réalise une oeuvre commandée par une institution en partie financée par la Ville de Nantes. Je trouve donc effectivement que c'est un bien mauvais et bien injuste procès.

Il y a effectivement beaucoup d'artistes de talent dans la région. Ils sont régulièrement sollicités. J'aimerai qu'ils le soient encore plus, j'aimerai que les acteurs culturels de la ville connaissent mieux la diversité et la richesse artistique de la région. Mais, à l'inverse de votre point de vue, je trouverai dommage, et un peu absurde, que toutes les structures plus ou moins liées à la ville de Nantes s'interdisent de solliciter Tangui Jossic sous prétexte que son père a été adjoint à la culture.

Quant à Maison Fumetti, l'association a eu la chance, c'est clair, que ce projet corresponde à une envie de la mairie. Si ce n'avait pas été le cas, il n'aurait pas vu voir le jour, ou en tout cas pas sous cette forme. Mais pourquoi chercher à faire le lien avec je ne sais quel népotisme lié à Tangui, alors encore une fois, que ce n'est pas lui qui a porté ce projet ?

Enfin, je ne sais pas si le message signé par Tangui est bien de lui. Mais à sa place, j'aurai eu du mal à trouver la bonne manière de réagir. La plupart des commentaires de votre article sont insultants, et, en fait, un vrai artiste comme n'importe quelle personne, peut être blessée lorsqu'elle est insultée.

Sven Jelure a dit…

Vous avez l'air de considérer que mon article est destiné à dézinguer Tangui Jossic. Je sais que les artistes sont émotifs, mais le sujet de l'article est le calendrier de l'Avent, que je considère comme une fausse bonne idée, indépendamment de ce que votre ami a choisi d'en faire et a fortiori de ce qu'il est lui-même.
Vous trouvez mes commentaires insultants ? Les vôtres sont à côté de la plaque. C'est bien de voler au secours de ses amis, mais vous connaissez l'histoire du pavé de l'ours !

Anonyme a dit…


Il ne s'agit pas seulement d'argent, mais de visibilité. Offrir à quelqu'un de la visibilité, gracieusement, c'est garnir son futur compte en banque. "Parlez de moi, même si c'est en mal" : c'est la complainte des hommes politiques, des peoples, des artistes. Il s'agit d'occuper le terrain pour devenir incontournable. Je me permets de renvoyer au livre de Nathalie Heinich "De la visibilité", dont on trouve de nombreux comptes rendus sur le net. Mais toute personne liée au monde de la culture sait cela d'instinct. D'où la faiblesse de votre défense, qui ne porte que sur la dimension pécuniaire du "débat".
Vous oubliez en chemin, de plus, le poste d'enseignant à l'École d'art, dont le statut - partant, le financement - est municipal. Et là, il ne s'agit pas seulement d'un créateur, parmi les innombrables créateurs, ayant bénéficié d'un peu de ce graal qu'est la visibilité, mais d'une évidente faveur : l'offre de compétences est pléthorique quand la demande est limitée. Mais cela aussi, vous devez parfaitement le savoir, étant de la partie.
C'est bien "normal" de défendre son pote, dans une baston, quand tout le monde est bourré ; mais on peut quand même se demander, lorsque le calme est revenu, s'il ne l'avait pas un peu cherché, son pote. Sinon lui, si la situation n'était pas un peu limite...

Anonyme a dit…


Désolé, mon commentaire fait double emploi !
Coïncidence, complot ?

Sven Jelure a dit…

Ah ! non, pas du du tout, vous avez parfaitement raison. Rien ne permet de dire que le dossier de recrutement a été pipoté mais rien ne permet de l'exclure non plus.

Zozisme a dit…

Tangui, Cyril, ne perdez plus votre temps ici. Sven Jelure prétend depuis longtemps être dans une critique constructive. Je vous laisse en juger, mais il est dans le dire et jamais dans le faire. Quant aux commentateurs, ils passent leur temps à déverser leur fiel en se protégeant derrière leur statut de contribuable. Franchement, continuez à faire votre beau travail et laissez-les s'égosiller dans leur propre inanité.

Sven Jelure a dit…

Zozisme, c'est curieux, mais vous formez une sorte de trio avec Tangui et Cyril : vous lisez de travers ce qui est écrit. Je ne prétends aucunement "être dans une critique constructive" : ce blog a une vocation satirique, il est en effet dans le "dire" -- et aussi dans le "regarder" et l'"écouter".
Donc, vous avez raison (vous voyez que je peux être positif parfois) : continuez à faire votre travail sans chercher à commenter ce que vous ne comprenez pas.

Anonyme a dit…

Je ne me protège absolument pas derrière mon statut de contribuable. Certes je mets celui-ci en avant afin de le préserver de tous parasites dont la famille Jossic est un digne représentant...

Je réitère ma demande : combien Jossic Jr a-t-il été payé pour cette prestation ? Si cela ne vous semble pas important, tant mieux pour vous mais je suis en droit de connaître les destinations de ma contribution, non ?

Vous dites "Sven est dans le dire et jamais dans le faire". Vous n'avez pas compris le rôle d'un blog...

Vous proposez à vos amis, je vous cite "continuez à faire votre beau travail" Le verrions-nous s'il n'étaient pas subventionnés ?

Cyril Pedrosa a dit…

@Sven
Non non, j'ai bien compris quel était le sujet de l'article. Vous trouvez que ce calendrier de l'avent est une idée déjà-vue, pas pertinente, en bref totalement ratée, et je n'ai aucun problème avec cette prise position. Elle est légitime, la satire est légitime, regarder voir et commenter est une position légitime.
Je trouve simplement votre longue introduction sur les soupçons de népotisme liés à Tangui injuste. Injuste, et inutile dans votre argumentation pour critiquer ce calendrier de l'avent du Château. Vous remarquerez d'ailleurs que, bien avant mon message, tous les commentaire se sont focalisés sur "Tangui Jossic" etc... et pas du tout sur le fond de l'article.

Toutefois, un de vos commentaires m'a laissé perplexe. Vous dites "Rien ne permet de dire que le dossier de recrutement a été pipoté mais rien ne permet de l'exclure non plus." Certes. De la même manière, rien ne permet de dire que Tangui Jossic est la réincarnation de la duchesse Anne, mais rien ne permet de l'exclure non plus. Rien ne permet de dire que je suis l'amant secret de Bruno Retailleau, mais rien ne permet de l'exclure etc etc... A quoi bon user d'un tel procédé réthorique ?

Par ailleurs, lorsque je parlais de commentaires insultants, je ne parlai pas de vos interventions, mais des commentaires anonymes. Le dernier en date, qui traite de parasite Tangui Jossic et sa famille en est un bon exemple.

Je vois bien qu' il est inutile d'essayer d'expliquer qu'obtenir un poste d'enseignant dans une école d'art municipale après dix ans d'expérience d'enseignement dans une école privée ( et un activité d'auteur et d'illustrateur) n'est pas forcément le signe d'une "faveur évidente" mais, peut-être, qui sait, soyons fous, le signe de compétences et de talents.

Bien entendu, je n'espère pas un seul instant avoir le dernier mot, ni convaincre qui que ce soit.
Mais comme vous semblez aimer la contradiction, il me semblait justifié d'apporter un autre point de vue dans le fil de la discussion.









Anonyme a dit…

Parasite définition wiki : organisme vivant qui vit aux dépens d'un autre organisme (l'hôte)... Ici le contribuable ! La métaphore est douteuse, j'en conviens mais de là à parler d'insultes...

"Les commentaires se sont focalisés sur l'artiste et non sur son art" La raison de cette convergence de point de vue est peut-être contenue dans votre affirmation.

Vos histoires de réincarnation et d'amants peuvent, en effet, être vraies ou fausses et donc invérifiables ! Abordons les faits sous un angle plus rationnel et ainsi interconnectons probabilités et statistiques... Résultat : la probabilité que Tangui Jossic ne puisse pas bénéficier de passe-droit (son poste de prof) et de subventions (ses affiches) à Nantes n'est pas proche de zéro mais égale à zéro !

Anonyme a dit…

Amis fielleux, bonsoir !

"Je vois bien qu' il est inutile d'essayer d'expliquer qu'obtenir un poste d'enseignant dans une école d'art municipale après dix ans d'expérience d'enseignement dans une école privée ( et un activité d'auteur et d'illustrateur) n'est pas forcément le signe d'une "faveur évidente" mais, peut-être, qui sait, soyons fous, le signe de compétences et de talents."

Présenté ainsi, rien à redire.
Mais combien d'écoles privées existent à Nantes, de graphisme, de design, de communication par l'image, etc. ? Cinq ? Dix ? Vingt ? Elles sont nombreuses, de plus en plus nombreuses. Une véritable industrie locale. Et le nombre d'enseignants ? Des centaines sans doute... Et des expérimentés, des renommés, des pros à gros CV, pour certains.
Combien d'enseignant(s) de ces écoles à avoir été recruté(s) par l'ESBANM ? Un ? Deux ? Trois ?
La paresse étant la Maire des vices, et le fiel le Sel de la paresse, je renonce à me lancer dans l'étude épidémiologique qui s'imposerait pourtant.
Pas grave, aller. La presse locale, et celle en ligne, sera positive, forcément positive... Quel talent ce Jossic Junior ! Bon sang ne saurait mentir.
C'est tout ce que l'on retiendra.

Anonyme a dit…

Désolé pour le retard, l'anachronisme, mais... que pensent les potes de Tanguy de la famille Fillon ? Rien, j'imagine...