samedi 1 mars 2014

Royal de Luxe coûte presque dix fois plus cher à Nantes qu’à Liverpool

Cet été, Royal de Luxe créera un spectacle à Liverpool pour les commémorations du centième anniversaire de la Première guerre mondiale. En 2012, déjà, Liverpool avait eu droit à un spectacle de géants, Sea Odyssey, dont les représentations avaient attiré au total 800.000 spectateurs. Nantes s’était contentée du peu inoubliable Rue de la chute, 18.200 spectateurs.

Cette année, la balance sera plus égale : Royal de Luxe va aussi créer un spectacle de géants à Nantes. Mais alors que les spectacles doivent avoir lieu en juin à Nantes et fin juillet à Liverpool, les Liverpudliens sont déjà bien mieux informés que les Nantais de ce qui les attend. Leur municipalité a même créé un site web spécial bien alimenté. Ils savent ainsi que le spectacle, intitulé Memories of August 2014, s’inspirera de l’histoire de leur ville. « La trame du scénario est vraiment profonde et historique », assure d’ailleurs Jean-Luc Courcoult à un webmagazine local. « Nous faisons beaucoup de recherches. » Nantes bénéficiera-t-elle des mêmes attentions ? On ne peut être à la fois au four et au moulin, hein ?

Les Liverpudliens savent aussi ce que le spectacle va coûter : au total 1,5 million de livres, soit environ 1.830.000 euros. Le budget couvre les besoins techniques comme la gestion des foules, la gestion de la circulation et la gestion sanitaire, confiées à des opérateurs privés dans le cadre d’appel d’offres en cours. Mais, pour les contribuables de Liverpool, la dépense sera limitée à 300.000 livres, soit 365.000 euros. Le reste sera couvert par des parrainages. Cet aspect financier a été facilité par le couplage du spectacle avec une grande manifestation du patronat britannique, l’International Festival for Business (IFB2014), dont Royal de Luxe assurera le « giant finale ».

La rémunération de Royal de Luxe n’est pas précisée mais doit correspondre à peu près à la dépense publique : 365.000 euros. La ville de Limerick, qui envisage de monter de son côté un spectacle de géants, a indiqué de son côté que le budget serait de 1,5 million d’euros, dont 315.000 euros pour Royal de Luxe.

Qu’en est-il à Nantes ? Bien entendu, la municipalité est moins transparente que celles de Liverpool ou de Limerick, mais on sait au moins que, pour préparer ce spectacle, Royal de Luxe a perçu en 2013 pas loin de 2 millions d’euros de subventions et d’aide en nature (dont 350.000 euros d’aide à la diffusion qui profiteront à Liverpool !). En 2014, on imagine que la troupe continuera à percevoir ses subventions habituelles, soit au moins 1 million d’euros. Total, 3 millions d’euros.

Qu’apporte donc aux Nantais le fait que Royal de Luxe soit installé à Nantes ? Des spectacles exceptionnels ? Pas du tout : Royal de Luxe se produit aussi bien ailleurs qu’à Nantes. Notre seul privilège est de payer ces spectacles presque dix fois plus cher que les autres ! Celui qui a négocié le contrat entre Nantes et Royal de Luxe est un vrai gogault.

17 commentaires:

Laurent a dit…

Je vois pas où est le scandale là-dedans, OK on verse 2 ou 3 millions d'euros à Royal de Luxe, et alors ? Il y a enrichissement personnel ? Détournement ? Non...
C’est bien beau d’énumérer les coûts, les millions, mais ça ne fait pas un argumentaire. La culture c'est pas fait pour être forcément "rentable", ne vous en déplaise. Et c'est peanuts par rapport à tout le fric donné aux entreprises à fonds perdus, et là on compte en dizaines ou centaines de millions.

Sven Jelure a dit…

La culture n'est pas faite pour être forcément rentable... mais Nantes est extrêmement rentable pour Royal de Luxe. Le scandale est dans le fait que les spectacles de la troupe coûtent presque dix fois plus cher aux Nantais qu'aux villes étrangères qui se contentent de les acheter. Dans la négociation de son contrat, Royal de Luxe s'est très bien débrouillé... et la municipalité Ayrault très mal.

Anonyme a dit…

La culture n'est pas (nécessairement) faite pour être rentable, certes, mais les élus ont un devoir de vérité, de transparence sur les coûts de leur action (l'argent qu'ils gèrent ne leur appartient pas). Le Royal de Luxe ne mérite pas (nécessairement) moins de soutien que le F.C. Nantes (deux attractions populaires), mais si soutien il y a, il doit être clairement chiffré, et il est légitime que la nature et les montants de ce soutien soient débattus. Quant à la notion de culture, elle sert aujourd'hui à désigner tellement des choses qu'elle ne peut plus emporter une adhésion a priori et sans réserves. Si l'on défini la culture comme instrumentalisation de l'art, il est, de plus, légitime de se poser la question de la nature de cette instrumentalisation.
Si 2 ou 3 millions d'euros, c'est peanuts, pourquoi convoquer la presse et se scandaliser de la demi, ou du tiers de cacahouète, qu'auront coûtées les dégradations commisent en marge de la manifestation hostile au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, comme l'a fait Patrick Rimbert ?

VertCocu a dit…

"La culture c'est pas fait pour être forcément "rentable""
Sauf que ce n'est pas de la culture Royal de Luxe, c'est du culturel.

"Si 2 ou 3 millions d'euros, c'est peanuts, pourquoi convoquer la presse et se scandaliser de la demi, ou du tiers de cacahouète, qu'auront coûtées les dégradations commisent en marge de la manifestation hostile au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes, comme l'a fait Patrick Rimbert ?"
Poussons encore plus loin la logique "culture".
Dans 20 ans, il y aura plus de chansons, d'histoires, de films, d'images, d'iconographies, de légendes à coup de "j'y étais" via la Zad (le vocabulaire est déjà touché) que n'importe quoi issu du RD. Des dramaturges pourront trouver de quoi raconter des histoires sociales, d'horreurs, d'amours etc. Ma main à couper que dans moins de 5 ans, le cinéma de fiction s'empare du phénomène.
Alors qu'un biopic sur Courcoult, ça n'existera jamais.
Les casseurs devraient être affilié à l'intermittence et pourtant ils restent bénévoles. Ils sont pourtant excellents quand il y a derrière un chef de compagnie de théâtre de rue comme le préfet.
Combien de weekend fin février sans aucun spectacle de cette envergure à Nantes? Quelle meilleure occasion de briller à l'internationale et de faire parler de la ville?
2 ou 3 millions, c'est vraiment pas cher payé. Et puis ça fait plus marcher les ouvriers d'intérims que les directeurs de com'.
Pfffiou! De la culture et du social à Nantes! Ca faisait longtemps que c'était pas arrivé.

Sven Jelure a dit…

VertCocu, superbe ! Total respect !

Leblanchet a dit…

un raisonnement d'intermittent ne fait pas le printemps. Les spectacles "gratuits" coûtent chers aux contribuables nantais. Nantes a-t-elle vocation à subventionner les spectacles des autres villes, Liverpool, Anvers, Le Havre principalement?
Allez demander aux spectateurs du Havre d'où est la troupe de Royale de Luxe, vous serez probablement surpris de leur réponse
Et puis surtout comme le rappelle VertCocu : ce n'est pas de la culture Royal de Luxe, c'est du culturel.

Anonyme a dit…

"Sauf que ce n'est pas de la culture Royal de Luxe, c'est du culturel."

LOL

Quelle secte de guignols ce blog...

VertCocu a dit…

@Anonyme

Merci pour l'excellent exemple nous permettant de rester dans le domaine de la marionnette et du spectacle de rue.

"Quelle secte de guignols ce blog..."
Guignol = Culture. On se comprend.

"Quelle secte de Royal de Luxe ce blog..."
Ca ne veut rien dire.

Sven Jelure a dit…

Merci, VertCocu, vous venez de m'administrer une leçon salutaire. Etre traité de "guignol" ne me fait ni chaud ni froid. Etre traité de "Royal de Luxe" m'ennuie un peu. Je dois être de parti-pris. Il faut que je me surveille.

Patrice Lefevre a dit…

Bonjour,

Il m'arrive de lire ce blog de temps en temps et si on oublie le caractère injurieux de son message, Anonyme a quand même raison...
Ici il y a trois ou quatre personnes, toujours les mêmes, qui interviennent sans arrêt, qui flattent l'auteur du blog, qui se complimentent entre elles et qui balaient toute critique avec ironie et sans beaucoup d'arguments la plupart du temps.

Sven Jelure a dit…

Mais Patrice, il ne tient qu'à vous d'apporter des arguments !

Patrice Lefevre a dit…

Peut-être, mais je n'ai pas de temps à perdre, pour les raisons que j'ai évoquées.

Jean-Marc a dit…

Il est vrai que, parfois, on est un peu gêné par la complicité qui s'est instaurée entre quelques protagonistes des discussions de ce blog, à savoir Sven - VertCocu - Leblanchet + divers avatars plus ou moins récurrents.

D'un autre côté, personne n'est obligé de les lire (il faut quand même être vicieux pour aller dégoter les commentaires derrière les billets) + ils n'ont de compte à rendre à personne et, enfin, ils n'égaleront jamais (et de très loin) le niveau de connivence qu'entretiennent les Courcoult-Delarozière-Orefice-Blaise dans leur mise en coupe réglée des budgets "culs" (dans le sens "révo cul dans la Chine pop") de notre Bonne Ville.

Et alors là, pour le coup, ceux-là, on ne peut pas les éviter et ils auraient des comptes à nous rendre ...

Anonyme a dit…

Royal de Luxe travaille pour le patronat britannique ? Je croyais que la troupe repoussait avec mépris tout rôle publicitaire ?

Anonyme a dit…

Bonjour à tous ! Bonjour Sven Jelure.Où est-il possible d'obtenir une information de qualité quant aux projets (notamment le financement) du Royal de Luxe ?

Sven Jelure a dit…

Bonjour. Pas de source miraculeuse, je le crains. Les subventions sont débattues par le conseil municipal et signalées par les comptes rendus. Pour les spectacles dans d'autres villes, on trouve parfois des informations en ligne. Les comptes annuels de l'association Royal de Luxe indiquent seulement un montant global de subventions ; seuls ceux de l'année 2012 ont été publiés à ce jour (http://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/assoccpt/pdf/2012/3112/378757686_31122012.pdf)

Anonyme a dit…

Merci beaucoup Steven Jelure !...Merci !...La vie fait que j'ai connu le Royal à l'époque où tout le monde mourrait de faim...Du temps de Raphaël et de Mimi à Aix (et non pas à Nantes..)...Les temps l'auront donc tant changé !

30 avril 2014 19:01