dimanche 21 juillet 2019

Cafouillage à Nantes

Corniches qui s’écrasent sur la ligne verte, statues qui cassent sur la place Royale, nids en forme de radeau de la Méduse, le Voyage à Nantes 2019 semble placé sous le signe de la décrépitude.





lundi 8 juillet 2019

Fonds de dotation de l’Arbre aux Hérons : qui s’excuse s’accuse

Il suffisait de demander : à peine l’irrégularité de la publication de ses comptes au Journal officiel signalée, le Fonds de dotation de l’Arbre aux Hérons l'a rectifiée dans les règles de l’art, avec le rapport de son commissaire aux comptes.

Pourquoi ne pas avoir commencé par là ? Forcément, on se pose la question, et on lit le rapport avec d’autant plus d’attention.

Si des événements, même postérieurs à la clôture de l’exercice (31 décembre 2018 en l’occurrence) risquent de compromettre l’avenir, le commissaire aux comptes doit « attirer l’attention » des lecteurs sur eux. Sur quoi donc a-t-il attiré l’attention ici ?

Pour ceux qui donneraient leur langue au chat, voir mon


vendredi 5 juillet 2019

Vous reprendrez bien un peu de pierre reconstituée ?

Régulièrement, le Voyage à Nantes tente le coup. Il nous présente des créations « originales » qui en réalité ont déjà vues ailleurs, comme les petits bonshommes en ciment moulé d’Isaac Cordial, ou les statues de Ramette l’an dernier.

Du temps d’Estuaire, déjà, il y avait eu le Serpent d’Estuaire, jumeau de ceux exposés par Huang Yong Ping à New York et Brisbane, ou encore le Canard jaune ingonflable, sur un modèle multiplié par Florentijn Hofman dans le monde entier.

Cette année, ça recommence. On a déjà évoqué les « Nids » de Kawamata. Pour être plus spectaculaire, l’installation de Vigny place Royale est-elle plus originale ?




mardi 2 juillet 2019

Financement de l’Arbre aux Hérons : ça ne va pas du tout

Qu’a rapporté la campagne de dons sur Kickstarter en faveur de l’Arbre aux Hérons ? Vous pensez à 373.525 euros, montant indiqué depuis la fin de campagne. En fait, le montant net reçu pour la construction de l’Arbre n’est que de 320.788 euros. C’est l’une des révélations des comptes 2018 publiés hier au Journal officiel par le Fonds de dotation de l’Arbre aux Hérons.

Mais ces comptes ont bien plus de choses à raconter. En particulier à propos des dons provenant des mécènes. Les promesses de dons des entreprises atteignent 4 millions d’euros, avait dit Pierre Orefice. Il l’avait même répété plusieurs fois depuis un an, ce qui semblait indiquer que le montant plafonnait. Il plafonne peut-être, mais pas à 4 millions d’euros, loin de là : la réalité des comptes est impitoyable.

Les presque 12 millions de financements privés nécessaires pour que l'Arbre soit construit restent-ils un objectif réaliste ? C'est désormais très douteux à cause d’une très mauvaise nouvelle venue de Bercy. Et que Pierre Orefice s'était bien gardé de proclamer.