09 avril 2024

Plus de 80 millions d’euros pour déménager les Roms de la Prairie de Mauves

Jamais sans doute une évacuation de squatters n’aura coûté aussi cher. Nantes Métropole envisage de dépenser jusqu’à 81.250.000 euros  pour « résorber » les bidonvilles de la Prairie de Mauves.  

Décharge municipale au 20e siècle, celle-ci devrait accueillir un énorme « pôle d’écologie urbaine » (PEU), autrement dit un centre de traitement des déchets. Problème : elle est aujourd’hui le plus grand des cinquante-trois bidonvilles de l’agglomération nantaise. Organisée en quatorze « hameaux », elle est peuplée par des Roms. 

Comment leur faire débarrasser le terrain ? Nantes Métropole se sent manifestement dépassée. Elle envisage un dispositif à la dimension du squatt et du PEU mais ne se voit pas l’assumer. Elle cherche donc un prestataire, sous l’intitulé « Résorption des bidonvilles de la prairie de Mauves au titre de la mise en oeuvre du projet de Pôle d’Écologie Urbaine (P.E.U.) ». Au programme : bouclage de la Prairie de Mauves avec gardiennage 24 heures sur 24, tours infrarouge, etc. et déménagement des occupants vers un à quatre « sites sas ».

Les payer pour qu’ils partent ?

Pour montrer sa préoccupation sociale, Nantes Métropole va faire réaliser un « diagnostic de la typologie des familles ». À défaut d’une utilité claire dans le cadre du déménagement, il permettra de payer jusqu’à 150.000 euros pour quatre mois de travail à une association proche des Roms.

Ce qui n’est pas grand chose à côté du budget à prévoir pour l’installation d’une clôture hermétique et d’un système de surveillance autour de la Prairie de Mauves (soit 3.300 m de linéaire). Il pourrait atteindre 1.100.000 euros. L'installation n’étant destinée à servir que pendant quatre ans.

Le gros des dépenses, bien sûr, c’est la gestion du tout : surveillance, déménagement, démantèlement des campements, etc. Autrement dit le travail de Nantes Métropole que Nantes Métropole ne compte pas faire elle-même. Pour l’ensemble de la manœuvre, sur quatre ans, elle propose jusqu’à 80.000.000 euros. Une somme qui, pour gérer un déménagement de mille personnes, devrait donner droit à un service princier. 

Quoique.... Comme il s'agit de déplacer entre 661 et 1.000 personnes, le budget envisagé représente entre 81.250 et 122.920 euros par tête de pipe, nourrissons compris. Pour ce prix-là ne serait il pas plus simple de payer directement les squatters afin qu’ils s’en aillent ?

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/nantes-metropole-3/

Nantes Métropole bientôt à l’assaut de Fort À la Mauves

04 avril 2024

Les dix ans de Johanna Rolland : beaucoup de retards, mais un bilan avec dix jours d’avance

Johanna Rolland a été élue maire de Nantes le 4 avril 2014. Cela fait donc dix ans aujourd’hui. Il y a pourtant dix jours qu’elle a fêté cet anniversaire ! Sans crainte que ça lui porte malheur – ou plus exactement, attendre le 4 avril 2024 aurait été s’exposer à de plus grands malheurs encore.

Elle pouvait se douter que des « bilans » étaient en préparation, et elle savait qu’ils seraient inévitablement mauvais. En prenant les devants, elle a saturé les médias avec ses points positifs. Ou positivés (la  gratuité des transports publics le week-end, par exemple, n’a rien d’un exploit : il suffisait de demander aux contribuables). Revenir là-dessus à bonne date, ce 4 avril, ça fait réchauffé.

À défaut d’être honnête, cette astuce chronologique est habile. Et surtout, elle montre que la com’ municipale n'a pas perdu la main.

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/bilan-decennal/

Le bilan décennal pas franc du collier de Johanna Rolland

Du côté positif du bilan, en 2022 : l'abandon d'un projet devenu absurde.
Du côté négatif : avoir laissé traîner l'illusion de sa faisabilité pendant des années.




26 mars 2024

Discréditer à la fois la concertation et l’écologie ? Nantes Métropole l’a fait

Avez-vous participé à la concertation sur le « pôle d’écologie urbaine », fin 2023 ? Si oui, vous êtes une rare exception ! L’opération de Nantes Métropole a été un échec magistral : elle a suscité 31 contributions et réuni 28 participants pour la réunion de clôture, soit moins d'un habitant sur 25.000. Le sujet est pourtant capital : ce « pôle » à 366 millions d'euros sera un immense ensemble de tri et d’incinération des déchets situé sur la prairie de Mauves  cinq kilomètres en amont, l'équivalent pour les ordures du CHU pour la santé. Il centralisera à Nantes les déchets d’un vaste territoire allant de Redon à Fontenay-le-Comte. Bonjour les camions !

Les Nantais se désintéresseraient donc de leur cadre de vie ? La concertation sur les lignes de tramway, fin 2020, avait pourtant suscité 1.748 observations, avis ou commentaires, soit 56 fois plus que pour le pôle d’écologie urbaine. Puis on est tombé à 646 contributions et commentaires lors du « grand débat sur la fabrique de la ville », au printemps 2023. En vérité, les « débats citoyens » de Johanna Rolland ne font plus illusion : ils présentent sous l’habillage de la concertation des décisions déjà arrêtées.

Document Nantes Métropole

Les « garants » de la Commission nationale du débat public (CNDP) l’ont bien noté à propos du pôle d’écologie urbaine. Pour son volet principal, la concertation était « assez peu attrayante pour les participants qui ont mentionné un projet "bouclé" ». Et pour les autres volets, elle ne l’était pas davantage, car ils étaient « trop peu définis » ! Un coup trop long, un coup trop court…

La conclusion la plus frappante de cette « concertation » n’est pas de Johanna Rolland. Elle n’est pas non plus d’un Nantais. Rapportée par la CNDP, elle est d’un Rom habitant l’immense bidonville de la prairie de Mauves : « C’est de l’écologie alors ce n’est pas la peine de discuter, il faut partir ! »

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/dialogue-citoyen-2/

Futur pôle d’écologie urbaine de Nantes :
le dialogue citoyen à la poubelle

23 mars 2024

Avant son départ en retraite, Jean Blaise enguirlandé par Johanna Rolland

Jean Blaise a décidément joué le coup de trop. Le voici entré dans son dernier mois d’activité à la tête du Voyage à Nantes. Du moins si sa mémoire n’a pas flanché depuis son annonce de l’an dernier : il prendra sa retraite à 72 ans ‑ or il aura 73 ans le 15 avril. Il lui reste moins de trente jours pour rendre les clés.

Lui parti, les langues se délieront. Ça commence déjà, et au plus haut niveau ! La semaine dernière, sur Télénantes, Johanna Rolland a fait cette déclaration plutôt embarrassée (une unique phrase de 104 mots) à propos des décorations de Noël :

« Bien sûr que nous allons garder le Voyage à Nantes en hiver, bien sûr que nous allons garder la créativité nantaise, le pari de l’art, le pari de la culture, mais nous allons aussi, c’est la commande que j’ai passée à mes équipes, avoir à nouveau une part de décorations plus traditionnelles, plus lumineuses, parce que autant je refuse de donner le moindre crédit à celles et ceux qui ont voulu instrumentaliser les polémiques, autant j’ai entendu cette aspiration des Nantaises et des Nantais, et on va le faire en complémentarité absolument, mais j’y tiens, c’est Gildas Salaün qui sera chargé de cette mission »

Ceux qui « ont voulu instrumentaliser les polémiques » étaient d’équerre avec les « aspirations des Nantaises et des Nantais », en somme. La maire de Nantes n'est sourde que d'une oreille. Mais l’important n’est pas là. L’important, c’est les « décorations plus traditionnelles ». Télénantes ne s’y trompe pas et titre sur son site web :  « J. Rolland annonce le retour des guirlandes de Noël ».

Le voyage en taxe foncière

Le mois dernier, en présentant le « bilan » du Voyage en hiver, Jean Blaise assurait : « On ne fera jamais dans le traditionnel, on ne reviendra pas aux guirlandes d’avant ». Le voilà donc désavoué de la manière la plus sèche et la plus explicite par la maire de Nantes !

Celle-ci insiste même lourdement : « c’est Gildas Salaün qui sera chargé de cette mission » ‑ Gildas Salaün, quinzième adjoint de Nantes Métropole, et non pas Le Voyage à Nantes qui avait la main jusqu’à présent. Jean Blaise n’est pas seulement désavoué, il est en quelque sorte rétrogradé. Le Voyage en hiver II, dernière initiative de sa carrière nantaise, est un échec de plus.


« Bien sûr que nous allons garder le Voyage à Nantes en hiver », ajoute néanmoins Johanna Rolland. Eh oui, « bien sûr » : Jean Blaise a signé des contrats pour cinq ans ! Pas moyen d’y échapper. On aura les guirlandes ET les installations. Ceinture et bretelles, ce serait fort bien si tout ça était gratuit, mais ça ne l’est pas. Avant 2022, les décorations traditionnelles coûtaient 600 000 euros par an, selon Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole. Le Voyage en hiver aurait coûté 760 000 euros en 2022 et 1,1 million d’euros en 2023. Comptons donc sur quelque chose comme 1,7 million d’euros pour décembre 2024 ! Pas grave, il suffira d’augmenter encore la taxe foncière…

16 mars 2024

Les confettis du carnaval de Nantes, aussi dangereux que des bulletins de vote pour Johanna Rolland ?

Il nous reste un pochon de confettis dans un tiroir ? Hâtons-nous de les utiliser aujourd’hui : il n’est pas sûr qu’ils aient encore cours l’an prochain.

Annoncée voici une dizaine de jours, l’interdiction des confettis pour le carnaval des enfants, ce 16 mars sur le site des Chantiers a été bien vite abandonnée. Pascal Praud, père Fouettard de la municipalité nantaise, n’a même pas eu le temps de s’en emparer sur CNews !


N’empêche que la décision avait été prise et publiée. Paul Billaudeau, toujours dévoué, prétend en assumer seul la responsabilité : « une mauvaise appréciation de ma part »… La veille pourtant, sa plus proche collaboratrice avait vendu la mèche : « En concertation avec le VAN, nous avons préféré renoncer aux confettis » (Presse Océan, 5 mars 2024). Après Noël sans guirlandes, le carnaval sans confettis : décidément, Le Voyage à Nantes n’en loupe pas une !

Les confettis polluent ? Ils sont éminemment biodégradables ! On peut encore en voir sur les trottoirs des mois après ? Ils rappellent toute l’année un moment de fête ! Il est vrai qu’ils dénoncent du même coup un manque d’efficacité du nettoyage municipal… On peut leur trouver bien des défauts, mais leur vrai péché originel est pédagogique : dès l’enfance, ils apprennent aux spectateurs à se comporter en acteurs de la fête. On commence par jeter des confettis et on finit bénévole au  Hellfest ou au Puy du Fou !

Affaire de fric

Lointain héritier des bacchanales et des lupercales, le carnaval a toujours été un temps d’indiscipline, voire de mauvais esprit. Homme de contrôle étroit, Jean-Marc Ayrault préférait les spectacles payés par la municipalité, et donc limités dans leur capacité d’insolence. En 2011, sous un prétexte financier, il a sauté sur la première occasion d'absorber le carnaval dans une économie marchande administrée.

Depuis lors, sous la houlette de Paul Billaudeau, un proche de Jean-Marc Ayrault, l’association NEMO est payée pour organiser le carnaval. L’an dernier (juin 2022-juin 2023), elle a reçu 452 000 euros de subventions d’exploitation. Ce n’est pas si énorme, même si c’est +35,5 % d’une année sur l’autre : Royal de Luxe en a touché presque deux fois plus sans faire grand chose, et quand il donne un spectacle à Nantes (« donne » est une façon de parler), on le lui achète en sus des subventions. Mais l’avantage de NEMO est d’assurer le ruissellement des fonds publics vers les carnavaliers en sous-subventionnant deux douzaines d’associations locales.

Les carnavals « qui marchent bien », de Rio de Janeiro à Binche ou à Dunkerque, se distinguent par l’implication du public, avec les risques que cela comporte en cas de fossé entre le public et les pouvoirs locaux. Jean-Marc Ayrault a loupé le coche, Johanna Rolland risque de passer dessous. Les Nantais ne demandent qu’à participer à l’esprit du carnaval, on l’a bien vu à l’ambiance du carnaval de nuit. Raison de plus pour que Johanna Rolland s’en méfie. Les confettis de cet après-midi seront comme autant de bulletins de vote.

11 mars 2024

Nantes Métropole se sent engagée à faire un bout d’Arbre aux Hérons (merci qui ?)

Le Grand Héron rouille depuis deux ans à côté des Machines de l’île. Nantes Métropole, qui en est propriétaire, veut mieux connaître son état. Elle a publié un avis de marché portant sur un diagnostic dit « Diaghéron ». L’association La Machine qui a construit l’engin, va-t-elle y répondre ? Non, répond François Delarozière cité par Stéphane Pajot dans Presse Océan (1er mars), on a déjà fait le point il y a un an « et tiré la sonnette d’alarme en disant qu’il fallait absolument faire quelque chose car les bois se dégradaient ».

Ainsi, ces bois posés début 2022 étaient déjà esquintés début 2023. Pour rappel, l’idée initiale était d’installer cet engin au sommet d’un Arbre aux Hérons. C’était soleil, pluie et vent en permanence, à 35 mètres de haut. L’Éléphant des Machines de l’île, lui, se promène au ras du sol environ 1 600 heures par an. Pendant 80 % de son temps, il est à l’abri sous les Nefs.

Dans l’Arbre aux Hérons, le Héron devait être environné d’autres machines. On imagine qu’elles aussi auraient exigé des réparations tous les ans. Inévitablement, cette attraction aurait été un gouffre financier. Nantes Métropole a la chance de le découvrir sans l’avoir réalisée.

Elle persiste néanmoins, quoique à une échelle rétrécie : elle compte réparer le Héron et même l’exploiter ! Fabrice Roussel, vice-président de Nantes Métropole, cité lui aussi par Stéphane Pajot, déclare noblement : « Ce que nous voulons et nous nous y sommes engagés par rapport aux mécènes, c’est le mettre en exploitation comme le Grand Éléphant à partir de 2025 ». Il pratique l’engagement à géométrie variable, car l’engagement moral pris envers les mécènes, c’était la construction de l’Arbre aux Hérons ! C’est pour cela qu’ils ont donné leurs sous et que Nantes Métropole les a empochés !

Yann Trichard, patron de la CCI, assurait que cet Arbre « sera[it] à Nantes ce qu’est la tour Eiffel à Paris » (sic). Croit-on qu'une tour Eiffel réduite à sa flèche et à ses antennes aurait beaucoup de succès ? Mesdames et Messieurs Intermarché, Crédit Mutuel, Brémond, ETPO, Harmonie mutuelle, Bati-Nantes, Charier, Groupe DV, Idéa Industries, La Fraiseraie, Pépinières du Val d’Erdre et autres mécènes de l’Arbre aux Hérons, désirez-vous vraiment voir votre nom accolé à un gros Meccano rapidement dégradé entre deux rénovations annuelles ?

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/grand-heron/

L’Arbre aux Hérons, un projet zombie qui poursuit les Nantais

25 février 2024

Nantes Métropole veut sauver le Héron rouillé, quoi qu’il en coûte

En deux ans de présence sur l’esplanade des Riveurs, à côté des Machines de l’île, Le Grand Héron de MM. Orefice et Delarozière n’a servi qu’une fois, au profit d’une quinzaine d’invités. Avant ce vol unique il a fallu vérifier sa conformité à la norme applicable aux attractions (EN13814). Le rapport d’inspection technique a été établi par TüV le 7 juin 2022. à cette date, le Héron était nickel. Vingt mois plus tard, constate Nantes Métropole, « son altération est visible ».

Nantes Métropole va donc demander à des experts d’examiner la machine. Prix de la prestation annoncé dans l’avis de marché : jusqu’à 220.000 euros H.T. ! Un contrôle technique à 220 000 euros : le Héron est peut-être une œuvre d’art, mais c’est surtout un objet de luxe.


En réalité, si le titre du travail à effectuer est « Diagnostic du "Grand Héron" », son objet est plus large. Il inclut aussi « une mission […] d’assistance à la rédaction des pièces techniques et graphiques des dossiers de consultation des entreprises et d’assistance au suivi et au contrôle des actions correctives et travaux de réhabilitation. »

Autrement dit, avant même de savoir ce que cela pourrait coûter et à quoi cela pourrait servir, Nantes Métropole a décidé de réhabiliter le Héron !

Ce qui expliquerait peut-être l’étrangeté de l’appel d’offres actuel. Naguère, les travaux concernant le Héron faisaient l'objet de marchés de gré à gré, en arguant d’une possibilité ouverte par l’article R2122-3 du code de la commande publique pour les œuvres d'art. Le prestataire choisi était toujours le même : le groupement Orefice-Delarozière-La Machine. Ce qui ne garantissait évidemment pas les meilleurs prix.

Et voilà que pour ce « Diaghéron », Nantes Métropole a recours à un avis de marché ordinaire. Donc, suivant sa logique antérieure, le Héron n’est pas une œuvre d’art. Donc on a eu tort de le considérer comme tel dans le passé. Mais pas d’affolement prématuré : les futurs « actions correctives et travaux de réhabilitation » annoncés par l’appel d’offres en cours pourraient être l’occasion de revenir aux bons vieux principes, et avec un argument en béton : « on est bien obligé de le faire ».

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/diagheron/

Pour Nantes Métropole, le Héron sans arbre
 n’est plus une œuvre d’art

23 février 2024

Que les Nantais se le disent : Le Voyage en hiver sera encore un grand succès l’an prochain

Le Voyage en hiver a duré six semaines, du 25 novembre 2023 au 7 janvier 2024. Il en a fallu cinq de plus pour en tirer un bilan présentable ! Le 14 février, enfin, Jean Blaise vient présenter le Grand Succès de sa manifestation. Avec ce large délai, compte-t-il que les Nantais montreront une mémoire de poisson rouge ? Le glorieux bilan imaginaire fait quand même tousser.

« Au Voyage en hiver tout le monde était content », écrit Philippe Corbou dans la version papier de Presse Océan le 15 février. « Jean Blaise, le boss du Van, Fabrice Roussel (PS) au nom de la métropole, Gildas Salaün (PS) élu au commerce de la Ville », etc. Mais la version en ligne de son article commence ainsi : « le Voyage en hiver s’est terminé sur un satisfecit général. Mercredi midi, c’était un peu le pays des bisounours au Voyage à Nantes. Tout le monde était content : Jean Blaise, le boss du Van », etc.


Tous les bisounours sont censés emboucher la même trompette : le Voyage en hiver 2023 est une superbe réussite. Jean Blaise a pris soin de s’entourer d’institutionnels et d’obligés qui ne risquent pas de le contredire. Le président de Plein Centre vient dire que les commerçants du centre-ville sont ravis de leur saison. « À Nantes, le Noël pas très joyeux des commerçants », titrait pourtant Presse Océan début janvier. Mais Plein Centre voit forcément les choses d’un œil plus enjoué : cette année encore, ses subventions augmentent (104 000 euros de subvention municipale et 35 750 euros de subvention métropolitaine).

Pas mieux que l’an dernier, mais plus cher

Hélas, même au pays des bisounours, certains s’expliquent mal, ou peut-être sont-ils mal compris. « Les indicateurs nous disent que la fréquentation a été bonne, puisqu'elle est stable avec celle de l'année dernière », déclare Gildas Salaün, quinzième adjoint à la maire de Nantes.

La gaffe ! La grosse gaffe ! Car la première édition du Voyage en hiver, fin 2022, a été un flop. « La cohérence d’ensemble de nos installations artistiques n’apparaissait pas vraiment de façon évidente », reconnaissait Jean Blaise lui-même, cité par Ouest-France, avant d’annoncer mieux pour 2023 : « Cette année, l’éclairage des façades et les compositions sonores créées par les cloches transformeront puissamment l’ambiance de la ville. » Cette transformation puissante n’est pas gratuite : d’une année sur l’autre, Nantes Métropole a rajouté 340 000 euros (+ 45 %) au budget initial. Si la fréquentation est « stable avec celle de l’année dernière », l’échec est cuisant.

D’autant plus que ce deuxième Voyage en Hiver a duré cinq jour de plus que le premier (+ 13 %) ! Comptait-on vraiment sur les décors d’Olinet, les cloches de Blais et la mère Noël de Virginie Barré ? On a surtout allongé d’une semaine le Marché de Noël : voilà au moins de quoi brasser des passants à coup sûr.

Cinq ans fermes

Le clan Blaise revendique 3,7 millions de visiteurs, comme ça, en vrac. Le chiffrage, fourni par Flux Vision, un service d’Orange, est établi d’après les signaux de smartphones. En soi, il ne veut rien dire. On a pu totaliser, par exemple, toutes les fois où un smartphone est passé à proximité d’une des installations du Voyage en Hiver. À la louche, je compterais alors pour un bon millier de « visiteurs » à moi tout seul. Flux Vision permet des analyses de fréquentation beaucoup plus subtiles, en particulier sur l’origine des visiteurs ‑ locaux, nationaux, étrangers… ‑ comme celle effectuée pour Loire-Atlantique Développement en 2022. Mais Le Voyage en hiver, c’est 3,7 millions, et débrouillez-vous avec ça…

Le vrai étonnement dans l’affaire est quand même que Jean Blaise persiste et signe : puisque ça marche très bien comme ça, quoi qu’en disent les polémiques forcément de mauvaise foi, on va continuer l’an prochain ! Peut-être tente-t-il de cacher la poussière sous le tapis. Peut-être s’essaie-t-il à la méthode Coué. Peut-être habite-t-il vraiment un monde parallèle. Le plus probable, cependant, c’est qu’il n’a pas le choix. Les guirlandes de Noël resteront exclues des rues de Nantes, moins par opiniâtreté que pour une raison toute bête : Le Voyage à Nantes s’est lié les mains en signant des contrats pour cinq ans. À cause de cette erreur stratégique du grand chef, les Nantais n’échapperont pas au Voyage en hiver.

20 février 2024

Léo Lagrange Ouest : Périscolaire plutôt qu’un principe !*

Les rapports de la chambre régionale des comptes peuvent laisser indifférent quand ils explorent les arcanes d’obscurs services administratifs. Mais voilà que l’un d’eux étrille l’association Léo Lagrange Ouest (LLO), et là c’est une autre affaire : la ville de Nantes lui a confié ses 115 accueils périscolaires. Ce sont nos chères têtes blondes qui sont en jeu !


Comme beaucoup de parents nantais ont l’occasion de s’en rendre compte, LLO ne fonctionne pas bien. Les grèves sont nombreuses et souvent légalement borderline. L’absentéisme perturbe le service. Et il y a aussi des manquements moins visibles. Par exemple, il arrive que l’habilitation des animateurs à travailler avec des enfants ne soit pas vérifiée.

Pourtant, LLO n’hésite pas à facturer aux contribuables nantais des services non rendus. Ce qui ne serait pas possible, évidemment, si la ville de Nantes refusait de se laisser faire. Mais LLO, ce sont de vieux amis, un héritage du socialisme d’autrefois, il y a peut-être des limites à ce qu’on peut leur réclamer.

* Robespierre : "Périssent les colonies plutôt qu'un principe !"

Voir article complet sur Nantes Plus :

http://nantesplus.org/leo-lagrange/

Périscolaire : la médiocrité du système nantais

16 février 2024

Affaire Steve : fiasco judiciaire

Sauf erreur, personne n’a encore parlé de « fiasco judiciaire » dans le dossier de la disparition de Steve Maia Caniço lors de la Fête de la musique 2019. Et pourtant...

Dès le premier jour, l’affaire est des plus délicates. Rassembler des milliers de fêtards en pleine nuit sur un quai de Loire est une grosse prise de risque, intervention policière ou pas. En cas de pépin, la jurisprudence ne donne pas cher de Johanna Rolland. Exemple : une commune organise un feu d’artifice, une zone interdite est délimitée par un ruban, une personne le franchit, elle est blessé par une fusée qui retombe, le maire est condamné à six mois de prison avec sursis et 5 000 euros d’amende car un ruban n’est pas une protection suffisante. (En l’occurrence, la limite était fixée à 150 m de la zone de tir, soit trois fois la largeur du quai Wilson, mais ne comparons pas ce qui n’est pas comparable, puisqu’à Nantes il n’y avait même pas de ruban.)


La maire de Nantes est mieux protégée que le quai. Dès la disparition de Steve signalée, bien avant que son sort ne soit connu et avant la moindre enquête, un narratif simple est présenté : Steve a été jeté à l’eau par une charge de police. Là, pas de question sur l’organisation de la fête ou les pouvoirs de police du maire. Ce récit est propagé par une convergence, délibérée ou pas, entre des militants locaux, des membres de la presse locale (voire nationale puisque l’un d’eux est aussi correspondant du Monde à Nantes) et l’avocate de la famille de Steve Maia Caniço.

Charger le commissaire pour dédouaner la maire

Cette avocate déploie beaucoup d’énergie pour que l’enquête vise uniquement le commissaire de police qui a mené une intervention sur le quai Wilson. Selon Le Monde, elle « redoutait de voir délayées les responsabilités dans cette affaire ». En attaque, on clarifie, en défense, on obscurcit, préconise un dicton en usage chez les avocats. Un seul suspect, c’est plus clair ! Mais dans une affaire où il y a mort d’homme, faire passer la tactique avant la recherche de la vérité est tout de même très moyen.

Et peut-être très maladroit. Dans l’affaire du feu d’artifice évoquée plus haut, la commune a été condamnée à indemniser la blessée. En misant tout sur la responsabilité d’un policier, il n’est pas dit que l’avocate agisse dans l’intérêt de ses clients. En revanche, elle contribue à protéger Johanna Rolland, dont elle est très, très proche. Contre Attaque  (ex Nantes Révoltée), qui détaille les liens les unissant, se montre sévère :

Bien sûr, ce n’est pas Johanna Rolland qui a poussé le jeune danseur dans la Loire, mais sa responsabilité dans la cascade d’événements qui ont abouti au drame ne fait aucun doute. Depuis le début, la mairie fait tout pour canaliser la colère légitime provoquée par la chute dans la Loire de jeunes nantais-es un soir de fête. Les camarades socialistes de l’avocate portent une responsabilité dans la mort de ce jeune homme qui ne souhaitait que danser pour la fête de la musique.

Instruction cabossée

Pour les « camarades socialistes », malgré tout, les perspectives paraissent moroses quand l’instruction s’achève, fin 2022. Le procureur de la République résume : il y a eu « deux types de fautes », les unes au stade des préparatifs de la fête, les autres au stade de l’intervention policière, qui ont « contribué de manière certaine » au décès de Steve. La thèse du coupable unique est rejetée.

Volens nolens, les juges d’instruction ont remonté toute la chaîne causale. Une dizaine de personnes sont mises en cause pour homicide involontaire. Le préfet de Loire-Atlantique de l’époque, son directeur de cabinet et le commissaire de police sont mis en examen. La maire de Nantes, son adjoint à la sécurité et l’opérateur de sound system qui a déclenché la bagarre sont placés sous statut de témoin assisté.

L’instruction n’est pourtant pas sans reproche. En octobre 2022, la chambre d’accusation de la cour d’appel de Rennes a infligé un double camouflet aux juges. Elle a annulé la mise en examen de l’ancien préfet de Loire-Atlantique (qui reste tout de même placé sous statut de témoin assisté). Surtout, elle a prononcé la nullité d’une expertise vidéo commandée à une association ouvertement militante, spécialisée dans la lutte contre les violences policières. Un doute plane sur la neutralité de l’instruction.

Un très long délai de réflexion

Mais ce n’est rien à côté de la surprise du chef qui intervient fin 2023 : soudain, tout le monde descend, ou presque ! Ordonnance de non-lieu général, sauf pour le commissaire de police. La « cascade d’événements » s’est tarie. Après une année supplémentaire de réflexion, faisant suite à plus de trois ans d’instruction, les juges considèrent que les fautes commises au stade des préparatifs de la fête ne sont pas « caractérisées ». Les protagonistes n’étaient sans doute pas conscients des dangers du quai Wilson.

À six jours de Noël – sûrement un hasard du calendrier – ce coup de théâtre ne fait guère de vagues. Les Nantais sont absorbés dans la contemplation des œuvres du Voyage en Hiver. Libération s’étonne tout de même : en novembre 2022, le ministère public considérait que le directeur de cabinet du préfet avait « pleinement conscience du risque de chute en Loire », puisqu’il avait même été décidé de faire appel aux sauveteurs de la Sécurité Nautique Atlantique ! Et puis finalement non…

Est-ce un changement d’avis ou plutôt un aveu de faiblesse ? Le « cœur de l’enquête », selon l’expression du Monde en juin 2020, est le téléphone de Steve Maia Caniço : « L’objectif, c’est d’obtenir une géolocalisation précise de Steve au moment du drame ». Ce moment, suppose-t-on, est immédiatement postérieur au dernier signal émis par le téléphone, à 4 h 33. Un premier nuage de gaz lacrymogène vient alors de balayer sur une centaine de mètres le quai Wilson (qui mesure environ 1 km de la grue Titan grise au pont des Trois-continents). Sans une géolocalisation précise, impossible d’être certain que le « cœur de l’enquête » se trouve là.

Manque de discernement et de renseignements

Il est donc probable qu’une dizaine d’avocats, y compris ceux de la maire et du préfet, auraient défilé pour dire : « On ne sait pas où Steve est tombé à l’eau. On ne sait pas comment. Il a pu fuir les gaz comme il a pu être poussé, il a pu glisser, il a pu être attiré par le chant des Sirènes [Il n’y a pas de Sirènes dans la Loire ? Qu’en savez-vous, surtout après 4 heures du matin ?]. Quant à reconstituer à l’envers un parcours depuis la grue jaune, lieu de la découverte du corps, jusqu’à un point de chute précis dans un autre bras de Loire cinq semaines plus tôt, c’est mission impossible. » Le non-lieu presque général coupe court à cette litanie improductive.

Bien entendu, l’avocat du commissaire Chassaing pourra en dire autant. Mais il sera seul : s’il faut à tout prix un coupable dans une affaire plus riche en émotions qu’en constats matériels, le choix sera vite fait.

À coup sûr, les débats s’appuieront largement sur le rapport établi par l’Inspection générale de l’administration (IGA). Pour mémoire, ses conclusions sont triples :

« 1. L’organisation administrative de la Fête de la musique a mobilisé […] les services de la ville et ceux de la préfecture de Loire-Atlantique, sans accorder une attention suffisante à la présence des sound systems sur le quai Wilson. » 

« 2. La ville de Nantes et la préfecture de la Loire-Atlantique […] disposaient de moyens réglementaires pour davantage prendre en compte la sécurité de l’événement. »

« 3. […] la gestion des dispositifs de sécurité et de secours conduit à s’interroger sur la pertinence de certains choix opérés quai Wilson et à constater un manque de discernement dans la conduite de l’intervention de police. »

Dans ce « manque de discernement » maintes fois évoqué, certains voient la condamnation du commissaire. Or l’expression a manifestement été choisie pour éviter le mot « faute ». Et elle s’applique apparemment à la première partie de l’intervention policière, l’approche des lieux sans précautions particulières. L’emploi des gaz lacrymogènes, lui, est qualifié expressément de « légitime défense » car il fait suite à des incidents au cours desquels cinq policiers ont été blessés. Autrement dit, même une géolocalisation précise sur le quai Wilson ne préjugerait en rien de la suite.

Communication catastrophique

À ce stade, l’avocate sait forcément que son dossier est mal embarqué : elle a misé sur un narratif quasi indémontrable. Quelles possibilités lui reste-t-il ? Bétonner un portrait de coupable idéal. Presse Océan a consacré deux pleines pages au commissaire le 16 janvier ‑ une besogne confiée à un journaliste indépendant et non à un membre de sa rédaction. Grégoire Chassaing y est décrit comme « trop impulsif », « diversement apprécié », « un peu psychorigide », « parfois obtus », etc., aimables appréciations recueillies auprès de syndicalistes policiers qui ne sont pas de ses amis.

Or voici malgré tout que le commissaire est promu ! Il prendra un nouveau poste le 1er juin, deux semaines avant le début de son procès. Évolution de carrière statutaire pour un fonctionnaire qui bénéficie de la présomption d’innocence, assure le ministère de l’Intérieur, lequel considère peut-être le procès comme plié. « Provocation vis-à-vis de la justice », répond la mère de Steve (Presse Océan, 10 février 2024), qui s’exprime pour la première fois, quatre ans et demi après la disparition de son fils, dans les bureaux de son avocate. La douleur d’une mère qui a perdu son enfant devrait être respectée. Et voilà que sa propre avocate l’instrumentalise en vue de transformer un deuil privé en conflit police/justice ! Cette dernière cartouche parachève le fiasco.