mercredi 15 février 2017

Le Voyage à Nantes en ballon, pour apprécier notre art voyer

Personne ne fait plus attention au passage pour piétons britannique installé par Angela Bulloch rue Lanoue-Bras-de-fer, à moins d’avoir en main le catalogue des œuvres pérennes d’Estuaire. Alors on en a fait plus avec les passages genre plat de spaghettis d’Aurélien Bory, boulevard Léon-Bureau. C’est bien sûr pour contempler cette « intervention permanente » que le monde entier afflue chez nous pendant la période du Voyage à Nantes.

Mais il faudra trouver quelque chose de nouveau pour l’été prochain, car nos presque voisins anglais de Bristol sont en train de faire bien mieux. Ils vont installer dans leurs rues des passages pour piétons lumineux et musicaux intitulés « Stop, Walk, Stroll ». Les promoteurs de ce machin inventé par le studio de création Hirsh & Mann espèrent que des airs entraînants pousseront les piétons à traverser les rues en dansant. Alors que chez nous on se contente de zigzaguer sur le boulevard Léon-Bureau.

Route de Saint-Joseph
Mais qu’attend donc Nantes Métropole ? Nous avons une réputation à défendre. Et à élargir. Car – il est étonnant que Jean Blaise n’en ait pas déjà fait un argument d’autopromotion – Nantes a inventé une discipline artistique nouvelle : l’art voyer, ou voyerisme. Hélas, nous ne le faisons pas savoir. Nantes, ton art voyer n’est pas assez voyant. Car il ne se borne pas à deux passages piétonniers sur l’île de Nantes. Prenons de la hauteur. C’est d’ailleurs le seul moyen d’apprécier vraiment l’œuvre d'Aurélien Bory, qui au ras du sol évoque plutôt un travail d’apprenti stimulé au muscadet. Vus d’en haut, les ronds-points multipliés par nos édiles depuis vingt-cinq ans révèlent une intention artistique globale.

Ils n’ont rien à envier à l’art aborigène australien. Il faut bien sûr les contempler depuis le ciel. Mettons-y les moyens : le prochain Voyage à Nantes sera un voyage en ballon. C’est Jules Verne qui sera content à titre posthume !

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci, Sven, d'avoir parlé de cet incroyable endroit. Y passant de temps en temps par obligation, je n'ai toujours pas compris cet arrangement circulatoire qui a dû sortir d'un cerveau tourmenté ! Rendu aussi tarabiscoté il est devenu dangereux... On ne sait pas toujours par où passer !

Anonyme a dit…

Aujourd'hui dans P.O :
"Le patron du bar le Nid a aperçu des oeufs-fauteuils dans l'aéroport de Taïpei [...] Pas sûr que l'on ait demandé l'aval de l'artiste pour [les] copier"

Nantes centre mondial du design de et de la création de mobilier ? À aucun moment, le journaliste ne s'imagine que cette idée forcément géniale ait pu être pompée pour la décoration de la single tower. Suffisance, quand tu nous tiens...

Sven Jelure a dit…

Le thème du fauteuil-oeuf a fait les beaux jours du design dans les années 1960. Cela dit, Jean Jullien a poussé la métaphore plus loin avec le "jaune", le "blanc" et la "coquille brisée". Une recherche rapide sur le net ne ramène rien de tel... sauf le modèle proposé par un fabricant chinois.

Anonyme a dit…

Ovalia, 1968 :
http://www.suiteny.com/blog/2015/01/introducing-ovalia/

Qui avec l'intérieur "jaune" a bien toute les apparences d'un oeuf à la coque.

Anonyme a dit…

Un oeuf de canne plus qu'un oeuf de poule mais au confort incomparable aux tabourets du nid.

Anonyme a dit…

hello, pour répondre à anonyme 1, le rendu de Bory pour ces grands passages cloutés me semble être une bizzarerie visuelle dont l'intention est de déconstruire la hiérarchie habituelle : réseau routier conçu pour la voiture prioritaire. Cette zone n'est dangereuse que dans la mesure où les automobilistes se considèrent généralement comme les usagers prioritaires de l'espace urbain. De toute façon aucune inquiétude à avoir, cette installation est temporaire (10 à 15 ans ?) si la nouvelle ligne de tramway est mise en place, il y a aura probablement un arrêt à cet endroit ...