mercredi 9 mars 2011

Subventions : on ne tient pas trop à les crier sur les toits

On l’a rappelé hier, les associations qui reçoivent plus de 153.000 euros de subventions publiques dans l’année doivent publier leurs comptes au Journal officiel. Certaines le font, comme Trempolino (649.846 euros en 2009) ou La Maison de l’Europe à Nantes (197.050 euros). Beaucoup s’en abstiennent.

La pudeur de ces dernières est parfois dérangée par les collectivités locales et autres organismes publics, tenus par le décret du 17 juillet 2006 de publier les subventions versées. Là encore, pourtant, certains sont d’une discrétion de violette. La ville de Nantes publie bien la liste fatidique, mais il faut chercher un peu pour dénicher ce gros document, 91 pages pour 2009, qui répertorie des centaines de versements d'argent public aux organismes les plus divers (Kebrea Lock Pop, Comité d’assistance aux Italiens, Amigos do 25 avril 1974, Les Amis de Dassa…) – mais rien pour l’Association des ratons laveurs. Ne vous donnez pas de mal, si vous voulez la voir, cliquez ici.

La publication de Nantes Métropole est encore mieux cachée : on la cherche encore… Quant à celle de la région des Pays de la Loire, elle cultive l’opacité grâce à une présentation originale : la liste des bénéficiaires est séparée de la liste des montants !

Aucun commentaire: