mardi 19 mai 2015

Les prévisionnels fantastiques de l’Arbre aux hérons : (4) comment obtenir 400.000 visiteurs ?

Les Machines, c’est 600.000 billets vendus l’an dernier et ce serait 1 million avec l’Arbre aux hérons, assure leur patron, Pierre Orefice. Objectif implicite : 400.000 billets. Est-ce crédible ?

Le Carrousel peut accueillir 300 personnes simultanément. Il compte environ 150 entrées par heure d’ouverture en moyenne, pour un total de 265.000 en 2014. L’Arbre aux hérons aurait une capacité d’accueil supérieure : 400 personnes. À rapport identique entre sa capacité d’accueil et ses entrées effectives, il compterait un peu plus de 350.000 entrées par an et non les 400.000 attendues.

Ce calcul est complètement théorique, bien entendu. Mais s’il doit être revu, c’est à la baisse. Car l’Arbre est affecté d’un vice de conception évident. Le clou de la visite, la promesse faite implicitement au visiteur, c’est la balade en héron. On ne sait pas très bien combien les deux hérons supporteraient de passagers. Deux chacun, comme le prototype exposé dans la Galerie des machines ? Six, comme semblent l’indiquer les croquis de François Delarozière et la maquette de l’Arbre ? Soyons optimistes, va pour six : ainsi, douze visiteurs pourraient embarquer simultanément.

Compte tenu du niveau de sécurité nécessaire dans une attraction foraine qui culminerait à 45 m de hauteur, l’embarquement/débarquement exigerait beaucoup de temps. Il n’est guère envisageable que les hérons fassent plus de dix tours par heure. Ainsi, 120 passagers pourraient embarquer en une heure. Soit, pour 1.800 heures d’ouverture par an (sous réserve des interruptions inévitablement imposées par les intempéries), au maximum 216.000 visiteurs dans l’année.

Là encore, le calcul est théorique. Mais là encore, il doit être revu à la baisse : la probabilité que le public se répartisse également sur les heures d’ouverture tout au long de l’année est strictement égale à zéro. Qui a envie de tournoyer dans les airs un jour de pluie ? Rebelote, là encore, soyons optimistes, va quand même pour 216.000. Ce qui signifie soit que près de la moitié des 400.000 visiteurs espérés repartiraient frustrés… soit que l’objectif de 400.000 visiteurs est irréaliste.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

"Six, comme semblent l’indiquer les croquis de François Delarozière"... De quels croquis parlez-vous ?

Anonyme a dit…

Renseignements pris auprès des machinistes de la galerie : à ce stade du projet, il est prévu que les hérons sur l'arbre accueillent chacun 20 personnes par vol(8 sur le dos de l'animal + 2 personnes dans chacune des 6 nacelles). Vos calculs "théoriques" ne reposent sur rien. Pour quelqu'un qui prétend dénoncer l'enfumage, vous manquez singulièrement de rigueur...

Sven Jelure a dit…

Anonyme, ce "à ce stade du projet il est prévu" ressemble beaucoup à ce que dit l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours ! Les hérons supporteraient chacun 20 passagers ? Cette affirmation est beaucoup plus théorique que mes calculs ! N'oubliez pas que les hérons seraient suspendus à 45 m de haut au bout de bras métalliques comportant au moins trois articulations. Vu le niveau de sécurité nécessaire pour transporter 20 personnes (soit plus d'une tonne de chair humaine), ils ressembleraient à la grue Titan. Et songez au temps nécessaire pour installer 20 passagers avec contrôle de leur harnais de sécurité : l'embarquement/débarquement prendrait énormément de temps, à moins de multiplier le personnel. Enfin, songez aux conditions d'intervention des pompiers en cas d'accident : même s'ils disposent d'un véhicule capable d'intervenir à une telle hauteur (EPA 53), sa nacelle n'est pas suffisante pour évacuer 20 personnes rapidement. Sur tous ces points, il va vous falloir prendre davantage de renseignements auprès des machinistes.

Anonyme a dit…

Que voulez-vous que je vous dise ? Vous n'y connaissez rien en mécanique, en hydraulique et encore moins en attractions foraines. Soulever "une tonne de chair humaine", ça n'a rien d'une prouesse. Le petit pont roulant qui porte le héron dans la galerie peut soulever 5 tonnes (pour info, la grue Titan pouvait en soulever 80 !). Et c'est bien 20 personnes sur chaque héron. Vous n'avez qu'à faire un tour aux nefs, comme moi, et vous renseigner (en plus, c'est Quai des chaps !).

Anonyme a dit…

Et,ah oui,on ne sait toujours pas de quels croquis vous parliez...

Sven Jelure a dit…

Qu’est-ce que je veux que vous me disiez ? La réponse est simple : je ne veux rien de spécial, vous ne me devez rien. Vous affirmez, sans rien en savoir, que je n’y connais rien en mécanique, en hydraulique et en attractions foraines : gagné ! Ce qui prouve qu’on peut parfois faire des déductions justes sans rien y connaître… Mais en savez-vous davantage sur ces disciplines, vous qui tenez vos informations, dites-vous, des machinistes de la Galerie ? Si les contraintes supportées en intérieur par un pont roulant (qui n’est déjà pas si « petit » que ça) vous paraissent analogues à celles supportées en extérieur par un bras articulé, la question peut être posée.

Anonyme a dit…

Je n'ai jamais dit que "les contraintes étaient analogues " etc., je disais simplement que soulever une tonne n'a rien d'une prouesse. Vous ne répondez toujours pas sur les "croquis", ce qui prouve que vous ne les avaient pas vus (au passage sur le croquis de l'arbre aux hérons qui est dans la galerie, on voit distinctement une plate-forme destinée à recevoir des passagers sur le dos des oiseaux). J'ai eu confirmation pour les 20 personnes sur chaque héron, ce qui prouve que vos calculs sont faux.