vendredi 11 mars 2011

Fuite du rapport de la CRC : Estuaire prend l’eau et éclabousse Le Voyage à Nantes

En accrochant mardi le grelot de l’opacité financière du Lieu Unique, promis, on ignorait que Yan Gauchard sortirait le surlendemain dans Presse Océan des extraits du rapport de la Chambre régionale des comptes sur ledit établissement.

En l’état, les révélations de Presse O’Leaks n’ont rien de révolutionnaire : bien que largement subventionné par les contribuables, le Lieu Unique, plombé par Estuaire, a réduit son activité de scène nationale et subi une hémorragie d’abonnés et de spectateurs. Pour en savoir plus, il faudra attendre la publication du rapport d’observations définitives de la CRC, ce qui peut demander plusieurs mois.

Mais déjà, on peut s’interroger sur la création du Voyage à Nantes, qui a séparé Estuaire du Lieu Unique. S’agirait-il de brouiller les pistes et de dissimuler le trou d’Estuaire dans un ensemble plus vaste, en profitant au surplus de son report de 2011 à 2012 ? Quant à la nomination de Jean Blaise à la tête de la nouvelle structure, elle pourrait bien ressembler à une exfiltration d’urgence. En effet, Jean-Marc Ayrault sait d’expérience que les avertissements de la CRC ne sont pas à prendre à la légère : une enquête de celle-ci lui a valu en 1997 un passage en correctionnelle et une condamnation à six mois de prison avec sursis pour favoritisme.

Il n’est pas dit pourtant que la publication d’extraits du rapport de la CRC par Presse Océan fasse beaucoup de peine à l’ancien patron du Lieu Unique. Ni, par extension, que l’auteur de la fuite lui ait voulu beaucoup de mal. Plus d’une fois par le passé, des « révélations » édulcorées ont servi à amortir les effets futurs d’une exposition plus massive ou plus inopportune. C’est le principe du vaccin : l’injection d’un microbe affaibli évite une maladie plus grave dans l’avenir. On note d’ailleurs que Presse Océan veille à épargner* le grand homme, aimablement qualifié de « bon génie », ce qui sonne mieux que « mauvais gestionnaire », alors que le Lieu Unique serait « un temple culturel exceptionnel » !
______
* Et même à le rajeunir : selon Presse Océan de ce 11 mars, Jean Blaise aurait 50 ans. En réalité, il fêtera ses 60 ans le mois prochain.

3 commentaires:

nantes 2013 a dit…

Est-il exact que pour créer l'entité Voyage à Nantes, l'Office du Tourisme de Nantes et l'association Nantes Culture et Patrimoine ont versé 200 000 euros d'indemnités à leur directeur respectif ?

Sven Jelure a dit…

Jean-Marc Devanne, ancien directeur de l'Office du tourisme, affirme ne pas avoir été licencié mais être parti de son plein gré pour prendre la présidence d'une société de conseil touristique, CoManaging. Il semble cependant que l'opération ne soit pas encore réalisée, près d'un an après son départ. Peut-être à l'insu de son plein gré, il aurait quand même obtenu 182.000 euros. Pour Jean-Baptiste Desbois, ancien patron de Nantes Culture&Patrimoine, toute information est bienvenue !

Sven Jelure a dit…

Jean-Marc Devanne, joint ce jour par téléphone, confirme ne pas avoir été licencié mais avoir quitté l'Office du tourisme dans le cadre d'une rupture conventionnelle. Il confirme avoir perçu une indemnité, d'un montant cependant très inférieur aux 182.000 euros indiqués. En raison d'une clause de confidentialité, il ne peut en révéler le montant réel. Il a effectivement pris la gérance de la société CoManaging [mais sa nomination n'a été inscrite au RCS que le 28 avril 2011, donc postérieurement au commentaire ci-dessus]. L'erreur commise dans le commentaire ci-dessus, dont je m'excuse auprès de M. Devanne (encore qu'obtenir une grosse indemnité n'ait rien de désobligeant), provient apparemment d'une confusion avec les conditions de départ de M. Desbois.