samedi 19 mai 2012

Crêpetomanie

Une maxi-crêperie dans la halle Alstom et un bar en haut de la tour Bretagne se chargeront de repaître et désaltérer les touristes attirés par Le Voyage à Nantes. En principe destiné à faire tourner le commerce local, celui-ci va donc reprendre d’une main ce qu’il distribue de l’autre. Les restaurateurs nantais ont exprimé leur mécontentement par la voix d’un de leurs représentants, Philippe Quintana.

On ne pourra pourtant pas reprocher à Crêpetown de fonctionner dans l’opacité, contrairement aux kebabs fermés ces derniers mois pour blanchiment d’argent sale. Ici, on sait d’où vient l’argent : sur proposition de Jean-Louis Jossic, la ville de Nantes a voté à Crêpetown 300.000 euros de subvention. Le blanchiment d’argent public est très tendance à Nantes !

Crêpetown explique ainsi  les raisons fondamentales qui lui ont valu les faveurs du Voyage à Nantes : « L’idée séduit Jean Blaise, sans doute parce qu’elle le fait rire et surtout parce qu’il n’est pas dupe sur la manière dont le concept peut être détourné ». Heureusement que seul le concept est détourné.

M. Quintana et ses collègues restaurateurs nantais ne sont pas forcément enchantés de savoir que leurs impôts locaux servent à financer la concurrence et à divertir Jean Blaise… C’est leur faute aussi : si au lieu de servir de la soupe ils servaient de la culture, le problème ne se poserait pas. Un tableau ou une « installation » en vitrine et hop ! le bouchon devient galerie d’art, doublée d’un espace restauration : quoi de plus VANesque ? Car la crêpe n’est qu’un cache-sexe pour Crêpetown, qui compte aussi montrer des spectacles et diffuser des œuvres sérigraphiées. Dont celles de Tangui Jossic. La crêperie est grande, le monde est petit.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il me semblait que notre nouveau premier ministre et "ancien " maire n'était pas très favorable aux conflits d'interêt . Bravo de soulever ce petit lièvre .
alain