jeudi 16 juin 2016

Lobbying pour NDDL (30) : Jacques Auxiette toujours prêt à décoller

« L’action se passe dans les Pays de la Loire, c’est-à-dire nulle part »
Sven Jelure, d’après Alfred Jarry, Ubu roi

On dirait que Jacques Auxiette, ancien président de région, perd la raison dès qu’il est question d’aéroport. On se souvient de la séquence grotesque d’il y a trois ans et demi, quand il avait voulu lancer une campagne de lobbying en faveur du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, puis y avait (officiellement) renoncé, pour publier finalement un livre électronique intitulé Aéroport du grand ouest : pourquoi j’y crois, où figurait cette phrase impérissable : « On peut bien sûr prendre la pose du dandy qui préfère s’égayer des saveurs d’un riz cantonais réchauffé au four à micro-ondes mais je dois bien avouer que visiter la Chine égaye bien plus mes sens, même si cela m’oblige à prendre l’avion (ce qui fait encore partie des libertés individuelles). »


Il vient de reprendre la plume plus modestement pour une « lettre à [son] petit-fils et à ses ami-e-s » publiée cette semaine dans Presse Océan et Ouest France afin de préconiser un « oui » à NDDL le 26 juin. « Pourquoi un référendum ? » y demande-t-il. « Soyons clair, j’ai toujours trouvé cette idée… stupide » Sans doute Manuel Valls a-t-il aussi trouvé l’idée stupide, puisqu’il a finalement imaginé une « consultation » en lieu et place du « référendum » annoncé par François Hollande. Jacques Auxiette n’a pas l’air au courant : il répète même trois fois le mot « référendum ».

Si seulement il avait regardé les bulletins de vote adressés aux citoyens, il y aurait vu le mot « consultation » écrit en gros caractères. Oui mais voilà : habitant le Maine-et-Loire, il n’a pas reçu les bulletins, il n’est pas invité à voter le 26 juin, lui qui pendant onze ans, à la tête de la région, a proclamé que le projet d’aéroport était un projet régional ! Sans doute le départementalisme de la consultation lui est-il infiniment douloureux. Mais il s'est retenu de le dire. Parce que ce n'est pas une « idée… stupide », ça ?

On ignore ce qu'en pensent le petit-fils et ses ami-e-s mais, à leur place, on se dirait que si c'est juste pour permettre à papy d'aller manger son riz cantonais en Chine, il n'est peut-être pas indispensable d'esquinter davantage la planète. Et que si l'on veut continuer à lui verser sa confortable retraite, autant ne pas se mettre sur le dos le coût d'un aéroport tout neuf.

2 commentaires:

Unknown a dit…

J aimerais bien relire son bouquin mais on dirait qu il a disparu! Y avait un passage sur «les cadres» que je voulais retrouver. Bon article!

Sven Jelure a dit…

Il reste disponible à l'adresse suivante : https://issuu.com/ouialaeroportdugrandouest/docs/livre-ago-pourquoi-jy-crois