samedi 1 janvier 2011

La méforme d’une ville en langues étrangères, ou quand Gracq devient Gluck et Nantes Lyon

La traduction aller-retour est un jeu qui distrait toujours. Rien de plus simple : on demande à un logiciel de traduction automatique de traduire un texte vers une langue donnée, puis de traduire à nouveau le résultat vers la langue d’origine. Exercice pratique avec ce court extrait du site web de la ville de Nantes* :

Nantes, une ville de patrimoine
Le patrimoine, comme trace visible dans le paysage, représente souvent ce point d'ancrage de la mémoire qui fonde l'identité d'une ville. La flèche de la cathédrale témoin des temps anciens, la grue de chantier dressée sur le bord du fleuve, l'architecture audacieuse du nouveau palais de justice , autant d'édifices qui, dans leur diversité, fondent l'identité et « la Forme d'une ville » (Julien Gracq).

Qu'obtient-on si on le confie à Google Traduction** ? Dès qu’on sort des pays limitrophes, les résultats deviennent hasardeux. En voici quelques exemples :

Retraduit du chinois :

Nantes, le patrimoine d'une ville
Du patrimoine, tels que les traces visibles dans le paysage, souvent au nom de la mémoire à base d'ancrage identité d'une ville. De: témoin de l'ancienne cathédrale flèche, la grue de construction érigée dans la rivière, un palais de justice nouvelle et audacieuse, de nombreux bâtiments, dans leur diversité, en fonction de l'identité et la "forme d'une ville" (Gracq).

Retraduit du turc :

Nantes, une ville du patrimoine
Du patrimoine, du paysage, telles que des cicatrices visibles, une ville qui représente souvent l'identité des bases d'ancrage de la mémoire. Dans les temps anciens, le témoin a la cathédrale de grues de construction, érigé sur le fleuve, architecture audacieuse et d'un nouveau palais de justice, avec de nombreux bâtiments, leur diversité, "Forme d'une ville" fondée sur l'identité et (Gracq).

Retraduit du créole haïtien :

Nantes, ville qui est bien
L'héritage, comme par exemple visible de paysage, ce qui représente pas souvent ancrage dans la mémoire de base de l'identité d'une ville. La flèche de la cathédrale témoin autrefois de grue pour monter sur le chantier où le fleuve, architecture audacieuse de nouveaux palais de justice, pour les édifices qui, dans leur diversité, fondent l'identité des "formulaire d', une ville" (Julien Gracq).

Retraduit du japonais :

Nantes, le patrimoine de la ville
Le patrimoine est considéré comme un vestige dans le paysage représente une mémoire à base d'ancrage de l'identité de nombreuses villes. Témoin de la flèche de la cathédrale de la grue de construction ancienne, l'architecture audacieuse de l'édifice nouveau tribunal le long du fleuve, de nombreux bâtiments, sa diversité, et basé sur l'identité « forme urbaine » (Gluck).

Apparemment, Gracq et Gluck s'écrivent pareil en japonais. Gast !

Mais le plus étonnant est encore le résultat de la retraduction de l’urdu, langue officielle au Pakistan et en Inde, parlé par une centaine de millions de personnes :

Lyon, une ville du patrimoine
Le patrimoine culturel est affiché dans impact sur le paysage, comme c'est souvent représenté rappeler que les positions d'ancrage d'une identité de la ville. Témoin le vrai bercail de l'ancien temps, grue de construction érigée sur le bord du fleuve, architecture audacieuse de la nouvelle cour, dont de nombreux bâtiments, leur diversité, fondée sur l'identité et la forme "d'une ville" (Gracq).

Clairement, la notoriété internationale de Nantes laisse à désirer. Beaucoup de touristes auront sûrement envie de visiter cette ville qui est bien et où une grue est érigée dans la rivière. Hélas, Le Voyage à Nantes risque pour certains de s’achever sur les berges du Rhône !
____________
* Du moins tel qu'il se présentait début 2011. Après un commentaire de ce texte bourré d'erreurs dans un nouveau post, la mairie a rectifié le tir
** Bien que totalement gratuit, Google Traduction est un logiciel efficace et respecté qui a remporté des concours internationaux de traduction automatique. L'exercice ci-dessus a été effectué le 31 décembre 2010.

Aucun commentaire: