dimanche 2 janvier 2011

La méforme d'une ville : en français aussi, sur le site web de la mairie de Nantes

Comme on l'a dit hier, la présentation de Nantes passée à la moulinette d'un traducteur automatique donne des résultats étranges. Mais il faut avouer que, dès le départ, le texte de référence était frelaté. Le voici une nouvelle fois tel qu'il figure à ce jour sur le site web de la mairie de Nantes* :

Nantes, une ville de patrimoine
Le patrimoine, comme trace visible dans le paysage, représente souvent ce point d'ancrage de la mémoire qui fonde l'identité d'une ville. La flèche de la cathédrale témoin des temps anciens, la grue de chantier dressée sur le bord du fleuve, l'architecture audacieuse du nouveau palais de justice , autant d'édifices qui, dans leur diversité, fondent l'identité et « la Forme d'une ville » (Julien Gracq).

Est-ce un gag ? Lisons mieux.

Et d'un, l'architecture du palais de justice de Jean Nouvel n'a rien d'audacieux : c'est juste un gros bloc noir. Certes, il fallait oser le faire, mais c'est affaire de toupet, pas d'architecture. Il faut aussi oser l'encenser, mais c'est affaire de com', toujours pas d'architecture.

Et de deux, la grue Titan n'est pas une grue de chantier, appellation un peu vexante pour ce colosse industriel, ou alors, il aurait fallu préciser : « de chantier naval ». Et puis, il n'y a pas une grue dressée sur le bord du fleuve, mais deux : la jaune et la grise.

Et de trois, c'est le pompon, la flèche de la cathédrale ne témoigne d'aucun temps ancien. Tout simplement parce que la cathédrale de Nantes n'a pas de flèche !

La mairie de Nantes ne sait pas comment est faite la cathédrale, distante de 250 mètres à peu près et visible de son portail. Elle ne sait pas compter jusqu'à deux. Elle ignore la différence entre ostensible et audacieux.  On se demande qui a pu pondre avec autant de sûreté dans l'erreur cette description de l'identité patrimoniale nantaise. En tout cas, ça n'est pas une flèche.
 

_________

* Quelques jours plus tard, la mairie a corrigé son texte

Aucun commentaire: