dimanche 4 mars 2012

Nantes n’est pas la seconde ville de l’open data

« L’open data est un événement d’une ampleur comparable à l’apparition de l’alphabet », assurait Jean-Marc Ayrault le 21 novembre dernier lors de l’ouverture des données numériques de la ville de Nantes, de Nantes Métropole et de la Semitan. Cette révolution devait permettre aux citoyens d’accéder à une masse d’informations numériques et de développer une profusion d’applications originales.

Quinze semaines plus tard, l’alphabet espère passer enfin à la lettre B…  Vendredi dernier a été lancé l’appel à projets « Rendez-moi la ville + facile », dont Jean-Marc Ayrault avait annoncé le 21 novembre qu’il serait ouvert « dès janvier 2012 ».

Les 50.000 euros de prix offerts débloqueront peut-être les imaginations. Courant février, selon le site EntrepreNantes, les applications utilisant les fameuses données étaient au nombre de quatre. Clairement, cela en agace plus d’un chez les aficionados locaux (ou plus d’une chez les aficionadas locales…) de l’open data.

Peut-être faudrait-il commencer par s’interroger sur les fichiers réellement ouverts au public. Il sont quarante-cinq*. Un quart d’entre eux recensent les prénoms des enfants nés à Nantes pour chaque année de 2001 à 2011. Cinq seulement sont mis à jour en temps réel, dont… le « Catalogue des données 'Nantes Ouverture des Données' (NOD) ». Sérieusement, quelles applications espère-t-on développer avec ça ?

Comme souvent, la grande annonce municipale nantaise contenait plus de posture que de substance. Nantes n'est pas plus la seconde ville de l'open data que celle du web. Le catalogue des données publiques de Seattle, ville jumelée avec Nantes, propose pas moins de 625 fichiers : quatorze fois plus qu’à Nantes. Plus près de nous, le catalogue de Rennes Métropole en accès libre, homologue de NOD, en compte 116 : deux fois et demie plus. Les budgets municipaux y sont disponibles sous forme de fichiers. Pas à Nantes. Nos édiles tiennent sans doute leurs comptes à la plume d’oie.
____
*Adresses postales de Nantes Métropole, Adresses postales de Nantes Métropole (par commune), Arrêts, horaires et circuits TAN, Catalogue des données 'Nantes Ouverture des Données' (NOD), Disponibilité dans les parkings publics, Eléments de la charte graphique TAN, Horaires des équipements culturels, Indicateur d'activité des grands équipements, Indice ATMO Journalier à Nantes, Info-trafic TAN prévisionnel, Info-trafic TAN temps réel, Liste des équipements publics (thème Action Sociale), Liste des équipements publics (thème Culte), Liste des équipements publics (thème Culture), Liste des équipements publics (thème Enseignement), Liste des équipements publics (thème Justice et Sécurité), Liste des équipements publics (thème Mobilité), Liste des équipements publics (thème Service Public), Liste des équipements publics (thème Sports), Liste des équipements publics (thème Vie Pratique), Liste des équipements publics (thème Vie Sociale), Liste des jardins et parcs de Nantes, Niveau de pollution en dioxyde de soufre dans l’agglomération nantaise, Niveau de pollution en dioxyde d’azote dans l’agglomération nantaise, Niveau de pollution en ozone dans l’agglomération nantaise, Niveau de pollution en particules fines PM10 dans l’agglomération nantaise, Occupation du sol 2008 de niveau 3, Patrimoine arboré de Nantes, Prénoms des enfants nés à Nantes (2001), Prénoms des enfants nés à Nantes (2002), Prénoms des enfants nés à Nantes (2003), Prénoms des enfants nés à Nantes (2004), Prénoms des enfants nés à Nantes (2005), Prénoms des enfants nés à Nantes (2006), Prénoms des enfants nés à Nantes (2007), Prénoms des enfants nés à Nantes (2008), Prénoms des enfants nés à Nantes (2009), Prénoms des enfants nés à Nantes (2010), Prénoms des enfants nés à Nantes (2011), Répertoire des lieux-dits de Nantes Métropole, Répertoire des lieux-dits de Nantes Métropole (par commune), Répertoire des voies de Nantes Métropole, Répertoire des voies de Nantes Métropole (par commune), Tarifs des équipements culturels, Temps de parcours.

2 commentaires:

Monsieur Blabla a dit…

Vous avez certainement lu les petits mots écrits dans d'Entreprenantes il y a quelques semaines. C'est là un petit monde et le ton de la rédaction manque parfois de recul des questions personnelles venant peu discrètement heurter la mission du journaliste. C'était le cas sur cette histoire de l'appel à projets reculé d'un mois.

La ville de Nantes a ouvert ses données bien après Rennes et prépare la mise à disposition de son budget. A Rennes se posent les mêmes questions sur l'impact socio-économique réel de l'open data municipal.

Maintenant, qu'on qualife de Nantes de 2eme ville du web.... ce sont des blablas d'image comme malheureusement on en voit partout; il faut vendre le territoire, parait-il. Je n'aime pas ça non plus.

Sven Jelure a dit…

Merci pour votre commentaire. Que l'appel à projets soit reculé d'un mois (ou de deux, en réalité) n'aurait guère d'importance en soi si le maire de Nantes n'avait solennellement annoncé son lancement en janvier. Du "blabla d'image", comme vous dites justement.