mercredi 27 décembre 2017

Nantes, phare de la publicité péripatéticienne

Nantes fait les titres de la presse nationale parce qu’on y testera les marquages au sol publicitaires.

Ce futur a de quoi surprendre. Il y a bien longtemps que nos trottoirs, déjà encombrés par la multiplication des potelets et autres mobiliers urbains, servent à autre chose qu’à poser les pieds.

Tenez, je ne sais pas si vous avez remarqué, mais depuis des années, une bande de peinture, d’abord rose, puis verte, parcourt sur des kilomètres les trottoirs nantais. Son rôle est bien celui d’un marquage publicitaire : elle guide les touristes venus dépenser à Nantes leur bon argent.

L’exemple venant de haut, il n’est pas étonnant que d’autres aient suivi. D’autant plus que l’état des trottoirs incite à bien regarder où l’on met les pieds, donc à voir ce qui y est écrit. Encore une fois, Nantes a de l’avance sur les autres ! Quelle gloire.


9 commentaires:

Anonyme a dit…

A Sven Jelure : "Publicité péripatéticienne" écrivez-vous....

Alors c'est de la "péripatétipub" ??

Sven Jelure a dit…

Bien trouvé. Vous devriez déposer la marque à l'INPI !

Anonyme a dit…

Cher Sven,

Publicité sur trottoir me fait penser à maillot siglé sur gazon vert.

Je suis impatient d'entendre votre son de cloche au sujet du YelloPark !

https://yellopark.fr/

Bien à vous,

Anonyme a dit…

C'est devenu "péripathétique" à défaut d'être péripatétique, un épiphénomène de la pub déjà sur présente et courageusement repoussée par les élus :

"L’état avait décidé tout seul de permettre de l’expérimentation de publicités au sol à #Nantes en 2018. Et bien à @nantesfr on n’en veut pas. Non à cette expérimentation qui serait une marchandisation de l’espace public et une pollution visuelle supplémentaire."

Aidés en cela par la décuite, la fin de gueule de bois et peut être les observations citoyennes?

Sans parler du risque sérieux de trouble à l'ordre public si d'aventure observateurs de trottoirs et consultateurs téléphoniques compulsifs venaient à se télescoper.

Anonyme a dit…

La plaque des défenseurs des libertés bretonnes illustre a elle seule les errements de l'ère JMA. Voulue par Alain Chenard, située à proximité du marché couvert, elle avait été dégradée lors des travaux du Bouffay et un ersatz devait la remplacer.

La copie a due être revue, puisque la Bretagne est redevenue éternelle et le marquis a retrouvé son "T".

https://abp.bzh/nantes.-la-plaque-de-raffig-tullou-en-memoire-de-pontcallec-detruite-pendant-les-travaux-au-bouffay-sera-remplaceeenoctobr-23086

Sven Jelure a dit…

Oui, la plaque a bien été corrigée ! Celle que vous voyez sur la photo est celle qui se trouve actuellement sur la place du Bouffay (voyez la mention "copie" en bas à gauche), pas l'original de Raffig Tullou.

Anonyme a dit…

@ Anonyme du 30 décembre 2017 à 14:55

Le tintement est déjà audible p 16 du compte rendu du bureau métropolitain :
https://www.nantesmetropole.fr/medias/fichier/cr-bureau-24-11-2017_1511961872750.pdf

"...De plus, d’autres missions complémentaires sont requises pour expertiser les projets privés (en incluant Yello Park) et à contractualiser, via des Projets Urbains Partenariaux, la participation financière de ces projets privés et des besoins d’équipements qu’ils génèrent (reprises de voirie, enfouissement des lignes RTE, parkings, …).

A ce titre, sont prévus :
• Une mission d’expertise juridique mobilisable à la demande, en particulier pour l’établissement des protocoles, conventions (dont projets urbains partenariaux) et conditions juridiques de mise en oeuvre des projets.
• Une expertise financière également mobilisable à la demande concernant l’appréciation de la solidité du modèle économique Yello park dans toutes les composantes financières du projet.
• Une mission d’ingénierie en matière de VRD qui évaluera et/ou vérifiera le dimensionnement et le coût des équipements à réaliser. La liste de ces équipements ressortira du travail avec les différents porteurs de projets privés et de l’étude menée par Nantes Métropole sur le quadrant Nord Est, avec un zoom sur le secteur Halvêque-Beaujoire-Ranzay, en 2018.
• Une mission spécifique relative au stationnement. Le renouvellement urbain du secteur s’effectue en partie sur de vastes emprises de parkings en surface et certains projets sont fortement générateurs de demandes de stationnement, mais selon des cycles différents. Il convient donc de réfléchir à une reconfiguration de l’offre publique et privée, en privilégiant la mutualisation sur le secteur.
• Une mission d’animation du projet global (concertation avec le public et communication), en cohérence avec les dispositifs privés susceptibles d’être engagés sur certains projets (Yello Park, Paridis, …).

L’ensemble de ces missions – architecte coordinateur et autres prestations complémentaires sont évaluées à 733 000€ HT soit 879 600€ TTC."

Sven Jelure a dit…

Ah ! en effet, à 879.600 euros, le tintement est même très net !

Anonyme a dit…

Il se pourrait même que la volée soit parfaitement audible hors mégapole :
https://mailchi.mp/b32b53c4413b/les-metropoles-de-louest-vous-donnent-rdv-au-mipim-1320701

Mipim Cannes, mercredi 14 mars 2018 17 h
"YelloPark : un nouveau stade, un nouveau quartier, un nouveau mode de partenariat
Adossé à un stade 100% privé, un projet urbain se prépare au nord-est de Nantes.
Johanna ROLLAND, Maire de Nantes et Présidente de Nantes Métropole
Yoann JOUBERT, Président Directeur Général Groupe Réalités
Waldemar KITA, Président du FC Nantes"

A noter que le lobbying métropolitain s'opère sur un territoire baptisé "Loire Bretagne" qui s'affranchit des frontières.