jeudi 22 mars 2018

Kickstarter n’en dit pas assez sur L’Arbre aux Hérons / The Herons’ Tree

En retard sur une bonne partie de la presse française, le quotidien finistérien Le Télégramme affirmait hier à son tour que « les créateurs du grand éléphant, sur l’île de Nantes, viennent de lancer la construction de leur nouvelle attraction touristique, un monumental Arbre aux Hérons » -- une « information » inexacte mais néamoins issue d’une dépêche AFP.

L’AFP et les autres ont une excuse : les promoteurs de l’attraction eux-mêmes écrivent que « LES MACHINES DE L’ÎLE ET LA COMPAGNIE LA MACHINE CONSTRUISENT L’ARBRE AUX HÉRONS ». Le monde entier peut lire cette affirmation au présent de l’indicatif, en français et en anglais, en capitales et sans réserves, sur le site de Kickstarter. Bien entendu, L'Arbre n'est pas en cours de construction, il est seulement en projet.

L'immeuble Cap 44 a carrément été effacé de la
présentation du projet affichée sur Kickstarter
Ce qui soulève un petit mystère. Leader mondial du financement participatif, Kickstarter est une entreprise sérieuse qui aide des milliers de créateurs à réaliser leur œuvre dans différents domaines. Sa charte et ses règles fixent un cadre visant à protéger les contributeurs. Elles exigent de la transparence dans la présentation des projets.

Cependant, Kickstarter n’effectue pas d’examen a priori des projets – et ne semble pas avoir bien réalisé, lors de la traduction de ses règles en français, que ce mot est un faux-ami. Le mot anglais « project » désigne une œuvre, une réalisation, un chantier. En français, « projet » désigne une intention de réaliser, ce qui, déjà, est davantage qu’une nuance. Kickstarter, et c’est curieux, ne semble pas non effectuer un contrôle strict des informations affichées sur son site. Car on décèle sans peine des divergences entre sa présentation du projet Arbre aux Hérons / The Herons’ Tree et les règles, principes et définitions affichés par Kickstarter.

Ce que dit Kickstarter
La réalité
Les réalisateurs, musiciens, artistes et designers que vous découvrez sur Kickstarter contrôlent leurs projets et structurent leur idée de façon indépendante. Ils en sont entièrement responsables.
Les designers de L’Arbre aux Hérons ne contrôlent ni la réalisation ni même l’intention de réaliser leur projet. Il ne sera réalisé que si Nantes Métropole le décide. Propriétaire du nom « Arbre aux Hérons » et du terrain envisagé, elle serait responsable de la réalisation.
Les créateurs restent propriétaires à 100 % de leur travail.
Le propriétaire de L’Arbre aux Hérons, s’il est réalisé, sera Nantes Métropole.
Les créateurs ne peuvent ni induire les autres utilisateurs en erreur ni présenter des faits de manière erronée
Le titre de la page de projet Kickstarter, « Les Machines de l’île et la Compagnie La Machine construisent L’Arbre aux Hérons », donne l’impression que la construction est lancée alors qu’elle n’est même pas décidée. À tel point que l’AFP et un grand nombre de journaux s’y sont trompés.
Nous demandons aux créateurs de projets de fabrication complexes (p. ex. : un gadget) de montrer un prototype de ce qu'ils fabriquent. Les rendus photoréalistes ne sont pas autorisés.
La présentation du projet sur Kickstarter comprend plusieurs représentations imaginaires telles qu’un arbre en lévitation et une vidéo en images de synthèse (hérons mécaniques en vol au-dessus de l’océan, etc.). Elle s’achève sur une vue de la Loire où un bâtiment entier (Cap 44) a été effacé.
Chargé de la réalisation du projet, le créateur est la personne ou l'équipe à l'origine de l'idée.
Le créateur du projet enregistré par Kickstarter est M. Bruno Hug de Larauze, alors que l’idée provient notoirement de MM. Orefice et Delarozière. Personne n’est chargé de sa réalisation, hypothétique à ce jour.
La vérification de l'identité est obligatoire pour tous les créateurs. Dans la biographie de chacun d'entre eux, vous trouverez des ressources complémentaires : un lien vers un site Web, des informations générales pertinentes ou, dans certains cas, un compte Facebook connecté.
Aucune biographie de M. Hug de Larauze ne figure sur la page du projet. La mention de son nom est accompagnée d’un lien vers le site web des Machines de l’île, où il n'est pas cité une seule fois. Kickstarter n'indique pas sa fonction réelle.
Vous créez un projet à votre nom ou pour le compte d'une entité juridique enregistrée à laquelle vous êtes affilié.
Bruno Hug de Larauze n’est pas affilié aux Machines de l’île, qui ne sont d’ailleurs pas une « entité juridique enregistrée » mais un simple département de la SPL Le Voyage à Nantes.
Une suspension de projet a lieu si notre équipe Intégrité découvre que les règles de Kickstarter n'ont pas été respectées. Voici quelques exemples :
[…] Déformation ou non-communication de faits importants au sujet du projet ou de son créateur.
Les données utilisateur que le créateur a remises à Kickstarter ou à l'un de nos partenaires sont incomplètes ou erronées.
Le créateur tente de faire passer le travail de quelqu'un d'autre comme s'il s'agissait du sien.

À ce jour, la construction de L’Arbre n’est pas décidée. Il fait seulement l’objet de pré-études de faisabilité – celle-ci n’étant donc pas acquise. La décision est aussi suspendue au co-financement de l’opération par d’autres acteurs publics (inconnus à ce jour) pour un tiers et par le secteur privé pour un troisième tiers. Le projet est donc soumis à des aléas importants qui ne sont pas signalés par Kickstarter. L’utilisateur Kickstarter qui a inscrit le projet a choisi comme nom Les Machines de l’île / Arbre aux hérons ; son identité vérifiée est Bruno Hug de Larauze. Mais le projet n’appartient ni aux Machines de l'île ni à M. Hug de Larauze.
Votre objectif représente le financement minimum dont vous avez besoin pour aller au bout de votre projet et produire, puis expédier, vos récompenses.
L’objectif fixé sur Kickstarter, 100.000 euros, ne représente que 0,29 % du financement minimum nécessaire pour aller au bout du projet, soit 35 millions d’euros – sans même parler des récompenses, une goutte d’eau supplémentaire. La page de projet Kickstarter signale seulement incidemment que 34,9 millions d’euros devront être trouvés en sus des 100.000 euros demandés.
Quand un projet est intégralement financé, le créateur est responsable de sa réalisation, mais aussi des récompenses promises aux contributeurs. Son obligation fondamentale envers les contributeurs est de terminer l'œuvre ou le produit promis.
Les 100.000 euros demandés ont été obtenus dès le 7 mars. Depuis cette date, donc, M Hug de Larauze assume l’« obligation fondamentale » de terminer l’œuvre. Malgré le poids énorme qui pèse sur ses épaules, Kickstarter ne donne aucune précision à son sujet.
Quand un projet est surfinancé, les contributeurs se posent quelques questions : qu'adviendra-t-il des fonds « en trop » ? Si l'objectif de financement du créateur était de 5 000 € et qu'il a récolté 25 000 €, que va-t-il faire des 20 000 € dont il n'avait pas besoin ?
Dans la plupart des cas, ces fonds […] serviront à la production et à la distribution d'un plus grand nombre de récompenses.
Parfois, […] le créateur réinvestit cet argent dans son projet et crée quelque chose d'encore plus beau, pour ses créateurs et pour lui-même. […]
Dans d'autres cas, un surfinancement donne lieu à de meilleures marges : le projet devient une source de bénéfices pour le créateur.
Le projet Arbre aux Hérons / The Herons’ Tree est d’ores et déjà surfinancé, au sens de Kickstarter : à cette date, il a déjà obtenu plus de deux fois les 100.000 euros demandés. Mais comme il nécessite en réalité 35 millions d’euros, soit 350 fois son objectif Kickstarter, le surfinancement n’aboutira qu’à réduire légèrement la part devant être apportée par d’autres donateurs privés.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Une mise au point dans la PQR s'imposait...

PO Nantes. Miséry : non, la construction de l'Arbre aux hérons n'a pas commencé...

Presse Océan Mobile
http://m.presseocean.fr/actualite/nantes-misery-non-la-construction-de-larbre-aux-herons-na-pas-commence-26-03-2018-266381

Anonyme a dit…

On est bien d'accord ! La PQR finira bien un jour par perdre son R, en plus de son latin...

Anonyme a dit…

Un petit lien pour vous :

https://www.capital.fr/economie-politique/autoroutes-notre-dame-des-landes-adp-quand-la-delegation-au-prive-tourne-au-grand-gaspillage-1279772?google_editors_picks=true

Johan Groland a dit…

"l'opération de crowdfunding de l'Arbre Aux Hérons est la 2nde de l'histoire de Kickstarter en terme de montant récolté catégorie Arts!"
L'opération d'enfumage est une grande réussite également !!
https://twitter.com/lesMachinesNtes/status/986273053536669696

Sven Jelure a dit…

Orefice s'est planté une fois de plus : il ne s'agit pas de la catégorie "Arts" mais de la sous-catégorie "Art public" ! Ce qui change tout !
Les Machines ont rectifié le tir un peu plus tard en ajoutant l'adjectif "public" à leur commentaire.