vendredi 2 décembre 2016

Médusant, le musée d’arts : (1) le grand projet du quatrième mandat

Des fois, j’ai des doutes. Ce blog a une vocation polémique. Un peu de critique ne peut pas nuire au milieu de la flagornerie ambiante. Mais ne m’arrive-t-il pas d’être injuste ? N’ai-je pas tendance à trop monter en épingle les errements de la gestion municipale ? À chaque fois, cependant, la Providence en fournit de nouveaux exemples. Dernier en date, le musée d’arts.

« Dimanche, le musée des Beaux-arts a fermé ses portes pour deux ans de travaux d’agrandissement », écrivait tranquillement Jean-Marc Ayrault sur son blog* le 26 septembre 2011. « Une fermeture avec la promesse d’un grand musée d’art à Nantes ouvert à tous les publics en 2013 ! » Merci pour la promesse : en réalité, si tout se passe bien, le musée rouvrira fin juin 2017.

Dans l’intervalle, il aura été un cas d’école de cafouillage municipal. Pas parce qu’il a été négligé, non. Tout au contraire : le musée d’arts devait être la réalisation emblématique du quatrième mandat municipal de Jean-Marc Ayrault. Ce dernier l’a déclaré lui-même au conseil municipal du 3 avril 2009 qui a décidé le lancement des travaux : de même que le musée du château des ducs de Bretagne avait été le grand projet de la période 2001-2008, « lors de ce mandat, le grand projet, c'est le grand musée d'art à Nantes ».

Il faut donc s’y intéresser. Car avant son départ, l’ancien maire de Nantes a lancé ce qui aurait été le grand projet de son cinquième mandat (2014-2020) si cinquième mandat il y avait eu : le nouveau CHU. Un grand projet ? Un projet colossal, même. Et vu les leçons de l’expérience, les Nantais peuvent nourrir les pires craintes.
_______________
* Le « blog de Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international », http://www.jmayrault.fr/ :

3 commentaires:

Anonyme a dit…

si si je confirme vous êtes injuste mais c'est sans doute pour cela que l'on vous suis. Au plaisir de vous y rencontrer. Amitiés.alain

VertCocu a dit…

Jean-Marc Ayrault, ancien président du conseil de surveillance du CHU de Nantes.En 2015,2e CHU, derrière Saint-Etienne, le plus exposé aux emprunts toxiques.
Ceux qui voient de l'injustice dans votre blog ne connaissent simplement pas Nantes. Si cette ville a bien des aspects positifs, je n'en vois pas un seul à mettre au profit des mandatures de JMA. Tout ce qui a fait son dynamisme récent a été mis en place avant lui. Depuis, ce n'est qu'une gestion erratique mais maline qui nous laisse avec des réseaux cornaqués par l'immobilier, le degré 0 de l'économie, et des petits notables de province autosatisfaits dans la médiocrité d'une crise d'adolescence perpétuelle, des plus consensuels mais persuadés être rebelles.
Le plus triste étant l'aval des citoyens, dont l'apex est la consultation sur l'aéroport, qui m'étonnerait à se désister autrement qu'en soutenant d'autres petits notables de province, moins originaux mais ayant déjà eu l'occasion de prouver leur médiocrité, lorgnant avec enthousiasme du côté d'un Sarthois député de Paris.
Le plus inquiétant restant le président d'un conseil de surveillance d'un hôpital public (HÔPITAL, ce n'est pas du terrain en friche où poser des manèges ou un aéroport, c'est autrement plus grave) laissant filer les emprunts toxiques devenu PM puis Ministre des Affaires Étrangères. Arriver à un tel degré de responsabilité alors qu'il aurait à peine mérité d'être Ministre de la Ville en dit long. Et ce, sans même la moindre once de panache. Il y a peut-être des choses pas très claires mais pas l'ombre d'un personnage. On ne rentre pas dans le folklore pour du simple favoritisme.

Jean-Louis Liger a dit…

L'ouverture se précise, si l'on en croit les appels d'offres en cours (non pas un seul, mais bien deux) :

"16PEB902 - Edition, impression et diffusion d'un catalogue raisonné des Peintures du XIXème siècle du Musée d'arts de Nantes

Objet du marché
Le présent marché de services a pour objet l'édition d'un catalogue raisonné des peintures du XIXe siècle, dans le cadre de la réouverture du musée d'arts de Nantes en 2017. Il est prévu la publication de l'importante collection de peintures du XIXe siècle. Elle complétera et finira la publication de toutes les oeuvres de cette période (dessins et estampes en 2012, sculptures en 2013). Cette collection est l'une des plus prestigieuses des musées français et comporte de nombreuses oeuvres célèbres (Delacroix, Ingres, Courbet, Gérôme...). Compte tenu du nombre conséquent de notices, 700, il est prévu une sélection d'une centaine de peintures les plus importantes, avec des notices détaillées. Les autres seront présentées plus sommairement. Tout sera reproduit en quadrichromie. L'ouvrage comportera préface, texte, essai et annexes.

La publication devra être prête pour avril 2017 et la commercialisation débutera à la fin du 1er semestre 2017, à l'ouverture du musée."

Une centaine de pages c'est déjà bien, on va pas s'emm... avec le reste à l'heure où l'on zappe en une fraction de seconde avec l'index.

"16PEB903 - Edition, impression et diffusion d'un catalogue des collections du Musée d'arts de Nantes

2) Descriptif technique
Principe :
Guide pour une sélection d’environ 200 oeuvres illustrées en quadrichromie, qui feront l’objet d’une notice développée.
L’ouvrage sera organisé par ordre chronologique, par groupements logiques introduits par un chapeau (néoclassique, romantique, éclectisme, etc.) puis ordre alphabétique par tranche chrono

Calibrage :
notices biographiques : 500 signes maximum
notices d’oeuvres : de 1 500 signes.

Structure du catalogue
Textes d'introduction
➢ un texte sur l'histoire du musée et de ses collections : 4 000 signes
➢ un texte sur l'extension (cube), la rénovation et les objectifs du nouveau musée : 4 000 signes
➢ une chronologie identifiant les dates clés de la vie du musée et de ses collections : 1 500 signes"

Notices biographiques + notices d’oeuvres = 2 000 signes
Histoire du musée + extension = 8 000 signes

Ou quand le contenant prime sur le contenu.