dimanche 24 septembre 2017

Mediacités : enfin de l’investigation à Nantes

Enfin Mediacités vint. Il manquait à Nantes un média d’investigation. La presse locale, si elle enquête sur de nombreux sujets, préfère peut-être ne pas trop approfondir ceux qui sont très, disons, « institutionnels ». La Lettre à Lulu, avec ses déclinaisons sur le web et sur Facebook, tend plutôt vers le journal d’opinion vu la place qu’y tiennent les commentaires engagés. Les blogs comme Polémique Victor, de Jean-Claude Charrier, ou Les États et empires de la Lune, d’Éric Chalmel, alias Frap, qui soulignent, critiquent ou recoupent certaines informations, sont trop épisodiques pour peser très lourd.

Mediacités affiche l’ambition de combler ce manque. Ce « journal en ligne d’investigation et de décryptage » accessible sur abonnement vise même très haut. « Nous croyons que la presse doit jouer un rôle de contre-pouvoir au niveau local », indique son manifeste.

Le site « sera décliné dans les métropoles de France en autant de sites que d’agglomérations couvertes », et pour Nantes, voilà, après Lille, Lyon et Toulouse, c’est donc fait : Mediacités a officiellement lancé son édition nantaise le 13 septembre au MEDIACAMPUS du boulevard de la Prairie au Duc. Avec comme coup d’envoi une enquête décoiffante sur The Bridge, la croisière-événement qui a ramené le Queen Mary II dans l’estuaire de la Loire au début de cet été. Il est juste dommage de lui avoir adjoint, comme en contrepoint, une tribune libre de Goulven Boudic empruntée à Place publique qui vole beaucoup plus bas, avec même un soupçon de naïveté sur les bords (non, le concept de « croisière laborieuse » n’est pas du tout « inédit »).

La deuxième grande enquête publiée par Mediacités porte sur « L’échec très discret du tram-train Nantes-Châteaubriant ». Faut-il y voir un message subliminal ? On y découvre en tout cas que s’il arrive aux collectivités locales de gaspiller l’argent des contribuables avec les croisières privées, elles savent très bien le faire aussi avec les transports publics…

3 commentaires:

Bombo a dit…

Payer un abonnement pour un média de gauche ?

Sans façon. Ma TVA, mes impôts, ma taxe d'habitation, ma contribution à la TIPP... s'en chargent déjà

Anonyme a dit…

Bah ! pas très énergique finalement. L'OJIM en avait parlé

https://www.ojim.fr/mediacites-nouveau-site-dinvestigation-independant-metropoles-nouveau-bras-arme-systeme/

"Au niveau local, on peut encore relever Pierre-Yves Bulteau, qui vomit dans le même article l’ICES de la Roche-sur-Yon et toutes les valeurs de droite qu’il exècre : pour l’information objective, on repassera. Et pour cause : il est journaliste, mais surtout militant d’extrême-gauche. Il a d’ailleurs édité un livre anti-FN, En finir avec les fausses idées propagées pour l’extrême-droite avec le soutien de diverses associations et syndicats de gauche (CGT, Fidl, FSU, MRAP, JOC, LDH, Sud, UNEF, UNL). Avec un succès tout relatif lorsqu’on constate les résultats de la présidentielle de 2017."

Bref, le seul média d'investigation dans le coin, quoi qu'on en pense, c'est Breizh Info - avec des articles passionnants sur la ZAD de Notre-Dame des Landes en ce moment, soit dit en passant.

Anonyme a dit…

C'est vrai que c'est passionnant de se plonger dans la nébuleuse des informations légales du "faux-site d’actualité « indépendant »" :

" Un faux siège social à Carhaix mais une vraie adresse qui mène tout droit chez Yann Vallerie

On a donc tenté de comprendre comment un site comme Breizh infos peut survivre, même avec de la pub. Le média breton qui dénonce les subventions de l’État à la presse, davantage pour se démarquer et se donner une légitimité que pour dénoncer la presse papier, est-il lui-même si transparent dans ses dépenses ? Vraisemblablement, si l’on fait un don à Breizh infos on peut vraisemblablement déduire celui-ci des impôts (66%) jusqu’à 20% maximum de notre revenu. En effet, le site breton serait géré par une association reconnue à caractère d’intérêt général, donc à but non lucratif (loi 1er juillet 1901). Mais si on essaye d’en savoir plus ça se complique…"

https://leouestfranc.com/2017/01/28/2le-faux-site-dactualite-independant-qui-propose-des-deductions-fiscales-pour-financer-lextreme-droite/