jeudi 27 octobre 2011

Nantes, la belle hallucinée (1) : une posture suffisante

Voici quelques jours, le site web CP de Voyage, qui héberge des communiqués de presse sur le voyage, a publié un curieux texte intitulé « Nantes de la belle endormie* à la belle éveillée ». Ce communiqué a été rédigé, ou du moins suscité, par Le Voyage à Nantes.

« Dans la plupart des cas, Nantes n’a pas d’image au-delà des frontières », affirme-t-il d’emblée. C’est apparemment justifié puisque « Nantes se trouve dépourvue d’un patrimoine d’exception ». Bien entendu, ces affirmations sans nuances sont excessives.

Pourquoi cet auto-dénigrement ? Pour mieux s’auto-glorifier, bien sûr. Nantes, dit le communiqué, « se distingue […] par une politique culturelle exemplaire qui depuis 20 ans n’a de cesse de la caractériser ». Et comme l’un des principaux protagonistes de cette « politique culturelle exemplaire » se trouve être le patron du Voyage à Nantes, la boucle est vite bouclée. « C’est, conclut le communiqué, sur ce socle constitué par 20 ans de politiques culturelles innovantes que repose le projet du Voyage à Nantes : proposer une offre culturelle singulière qui positionne Nantes comme destination enviée de ville d’art et de culture tant à l’échelle nationale qu’internationale. »

On est épaté par tant de suffisance : faut-il être aveuglé par la contemplation de sa propre image pour en faire le « socle » du marketing touristique d’une grande ville ? Et plus encore par tant d’inconséquence, car cette stratégie nombriliste met en jeu des millions d’euros d’argent public. On y reviendra demain.
___________
* On s'interrogera bientôt sur cette appellation non contrôlée.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

j'aime bien ce que vous faites.
Mais c'est perfectible.
Prenez exemple sur votre cconfrère angevin qui déchaine les passions tant à gauche qu'à droite http://angersvraimentpascorrect.blogspot.com/

Bonne continuation

Sven Jelure a dit…

Merci pour le lien. Ce site est très réjouissant et mérite le détour en effet. Je crains de ne pas avoir le même talent pour croquer une anecdote ! Quitte à ratisser moins large, je préfère donc me cantonner au terrain de la satire politique, au moins dans le cadre de ce blog. Lequel, je n'en suis hélas que trop conscient, est certes perfectible...