lundi 13 novembre 2017

Bolopoly (35) : FiascoNantes

« SoNantes : le fiasco de la monnaie locale », titre aujourd’hui Presse Océan sur toute la largeur de sa Une. « Le constat est sévère, c’est un échec », confirme Philippe Corbou en pages intérieures. Et moi qui hésitais à revenir sur le sujet, comme me l’avait suggéré Herminie44 fin octobre

La SoNantes est en plein marasme. Depuis des mois, le compteur des entreprises adhérentes est bloqué sur 175. Le plus récent adhérent répertorié à ce jour par son annuaire, Olibaba, spécialiste des produits à base d’olive, était déjà signalé comme nouvel adhérent le 18 juillet dernier sur le compte Facebook de la SoNantaise. Lors du lancement de la SoNantes en avril 2015, ses fondateurs affichaient une cible de 3.000 entreprises adhérentes en trois ans : il ne reste que 14 % du temps pour remplir 94 % de l’objectif…

« Ce projet n’a pas coûté le moindre centime d’argent public », assure Pascal Bolo, « grand argentier de la ville ». Quelle blague ! Pendant des années, lui-même, un professeur d’université et le directeur général du Crédit Municipal ont multiplié les réflexions et les voyages d’étude. Cette phase a déjà coûté 0,8 million d’euros. Puis le Crédit Municipal a investi dans l’aventure 2 millions d’euros, dont plus de 750.000 ont déjà été engloutis par les pertes des années 2015 et 2016. Or, comme il le précise lui-même, le Crédit Municipal est « un établissement public de crédit et d’aide sociale, propriété de la ville de Nantes ». Ce qui coûte au Crédit Municipal coûte aux Nantais.

Si elle n'est pas toujours clairvoyante, l’opposition, dans cette matière économique, s’est montrée plus éclairée que l’homme qui dirige les finances municipales. À plusieurs reprises, Laurence Garnier avait dit que ça ne pouvait pas marcher. Et ce blog ne disait pas autre chose. La série Bolopoly est longue ; en voici les précédents épisodes :

8 commentaires:

Anonyme a dit…

« Ce projet n’a pas coûté le moindre centime d’argent public »

De plus en plus compliqué le consentement à l'impôt avec un type pareil. Le grand argentier de la Ville, lui coller une baffe serait contre-productif... L'intention est là, pourtant !

Patrick Jehannin a dit…

Voici un article publié aujourd'hui concernant le Galléco qui reste encore très en dessous de la triste réalité : http://www.20minutes.fr/rennes/2168967-20171114-rennes-privee-subventions-monnaie-locale-galleco-cherche-avenir

Sven Jelure a dit…

Merci pour ces informations. Je pensais que le Galléco fonctionnait mieux que la SoNantes parce qu'il était animé par des militants convaincus et non par des apparatchiks. Je vois qu'il n'en est rien. Une monnaie locale ne peut-elle réussir que si elle répond à une situation économique gravissime et non à une intention morale ou philosophique ?

Patrick Jéhannin a dit…

Merci +++

J'essaierai ça.

Patrick Jéhannin a dit…

Bonjour, je découvre ce blog que je vais immédiatement approfondir.

Voici son cousin dans le département voisin :
http://www.etreounepasetrebretillien.com.

J'y parle souvent du galléco, la monnaie complémentaire soi-disant départementale d'Ille-et-Vilaine qui a déjà coûté plus de 500.000 euros aux contribuables.

Et voici des liens vers les deux derniers articles que j'ai publiés :

- L’association Galléco enchaine les déconvenues - https://wp.me/p6EXHi-4Ut
- Une subvention fantasque - https://wp.me/p6EXHi-4W6

Voici surtout un lien vers toutes mes contributions à ce sujet (bientôt 150 et plus de 250 pages) : http://www.imotus.org/contribution_a_l_evaluation_du_galleco.pdf

Je publierai très bientôt sur mon blog un lien vers votre blog.

Bien cordialement

patrick.jehannin@gmail.com

Patrick.jehannin a dit…

Voici un article publié aujourd'hui concernant le Galléco qui reste encore très en dessous de la triste réalité : http://www.20minutes.fr/rennes/2168967-20171114-rennes-privee-subventions-monnaie-locale-galleco-cherche-avenir

Patrick Jéhannin a dit…

Le galléco fonctionne très très mal.

Seuls les mensonges qui l'entourent peuvent laisser croire le contraire.

Il n'y a qu'une toute petite poignée de militants convaincus, et je ne suis pas certain que l'on pourrait en trouver beaucoup plus d'une demi douzaine qui soient fidèles depuis le début. Les autres passent... et c'est très visible aussi au niveau des personnes engagées dans les instances.

De mon point de vue, à moins d'une volonté essentiellement économique extrêmement forte, une monnaie c'est d'abord quelque chose d'identitaire et culturel comme c'est le cas d'une langue par exemple.

Ce n'est pas un hasard si dans la même séance, le Conseil général d'Ille-et-Vilaine a adopté un "gentilé" et une "monnaie départementale".

Le problème, dans les 2 cas, c'est que sa démarche a été descendante...

L'amour est aveugle http://wp.me/p6EXHi-4Wt

Anonyme a dit…

P.O version papier ce jour : "Selon Laurence Garnier, Pascal Bolo aurait claqué 7€ d'argent publique pour un SoNantes échangé..."

La Cie des Machines à donner des baffes vous souhaite de beaux impôts locaux, sacrés nantais...